mardi 21 août 2012

La fille de l'alchimiste - Kai Meyer

Présentation de l'éditeur (Le livre de Poche) - Fantastique
Fin du XIX siècle. Aura Institoris a grandi dans le labyrinthe de couloirs obscurs du château de ses ancêtres, bâti sur un récif de la Baltique. Lorsque son père, l'alchimiste Nestor Nepomuk Institoris, est assassiné sur l'ordre de son plus vieux rival, la jeune fille se trouve entraînée malgré elle au coeur d'un conflit dont les racines remontent au Moyen-Age. Aux côtés de son frère adoptif, elle décide d'affronter le meurtrier. S'initiant à son tour aux terribles secrets de l'alchimie, elle va braver les intrigues et les dangers, et partir sur la piste du plus grand mystère de l'humanité : l'immortalité.

Avant lecture : Catalogué en fantasy, une belle couverture, une accroche en quatrième de couverture plutôt prometteuse, le tour est joué, hop dans mon panier.

Après lecture : Je préfére vous avertir tout de suite, pour moi, rien à voir avec de la Fantasy, comme on l'entend, c'est un roman plutôt sombre, avec une pointe de fantastique.

Aura, Sylvette sont les deux filles de la famille Institoris. Daniel, le premier garçon a été adopté et Charlotte leur mère décide d'adopter un deuxième garçon, Christopher, ce dernier en arrivant au château va semer la zizanie auprès de toute la famille, et surtout auprès des jeunes filles et du père Nestor, éminent alchimiste, ne trouvant aucun intérêt à partager la vie de famille. Christopher va chercher à savoir pourquoi cet homme s'enferme dans son atelier sous les toits, il découvre très vite qu'il est à la recherche de la création de la pierre philosophale qui donnera la vie éternelle, soignera les maladies… Tout ça parait quelque peu naïf mais le vieil homme y croit dur comme fer, au point de manigancer des choses effroyables et incestueuses pour parvenir à ces fins. Tout ce petit monde qui conserve un lot de secrets inavouables, vit dans un vieux château, sur une île, perdue au milieu de nulle part. voilà le décor est planté, il est glauque, sombre (et j'ai beaucoup pensé à "la demeure sur la presqu'île de Crythin Gifford qui se trouve dans le roman "la dame en Noir" de Susan Hill). Tout cela a de quoi vous hérisser les cheveux sur la tête, surtout lorsqu'on essaie d'attenter à la vie de l'alchimiste et de sa fille Aura, adolescente au caractère flamboyant…

Mais, je n'en dirai pas plus au sujet de l'histoire, sachez que l'on ne s'ennuie pas une minute et on a même beaucoup de mal à lâcher le livre dans la première partie du roman. On va de rebondissements en rebondissements et les coups de théâtre sont assez retentissants pour maintenir le lecteur en haleine. Certains faits sont un peu tirés par les cheveux, et certaines réactions sont étranges, mais l'atmosphère qui se dégage pallie à ces petits défauts. Etrange, car on se demande pourquoi Christopher s'entiche d'un seul coup de la continuation de l'oeuvre de Nestor, avec un tel acharnement, une oeuvre qui se construit dans le sang, les blasphèmes, le meurtre et la souffrance de sa famille. On sent bien que les personnages sont peu à peu happés par la folie, et cette quête de l'immortalité les enferme dans un monde abject et méprisable, Charlotte, la mère, en est un bel exemple. 
Il faut se rappeller que le sang est le principal composant de l'alchimie réussie pour trouver le chemin de l'immortalité, et je cite "…que l'alchimiste doit concevoir un enfant avec sa fille encore vierge"… et la perfection arrivera avec la création d'un être mi femme mi homme, un hermaphrodite en somme, issu du mariage de deux êtres du même sang…. autant vous dire que si vous n'êtes pas adepte des histoires d'amour assez contre nature, et certaines vont assez loin … cette histoire va vous paraître déroutante et écoeurante… L'auteur a su ne jamais tomber dans le graveleux malgré les images pernicieuses qui pourraient naître dans l'esprit du lecteur…

Mise à part des personnages torturés au point de commettre des gestes irréparables et incestueux, il y a de beaux rôles aussi qui vont révéler leur identité progressivement et on s'aperçoit que les histoires de tous les personnages sont liées d'une manière ou d'une autre, tout s'explique parfaitement et se met en place pendant le dénouement de l'histoire. Un roman qui se lit facilement, un style simple et un bon découpage des chapitres permettant de ne pas se perdre quand les actions concernent des groupes de personnages différents.

Pour conclure, je dirai que c'est une bonne découverte ! lorsqu'on referme le livre, tout est clair, on est un peu sonné par tant de sadisme et de blessures humaines, et on a vite envie de passer à autre chose, pas à cause de l'histoire qui est très bien ficelée, mais pour oublier les pensées méprisables de certains hommes, et jusqu'où ils sont capables d'aller pour mener à bien leur ambition. A tenter si vous aimez la légendaire histoire de la pierre philosophale, liée à l'immortalité et à la perfection … une version originale et marquante !

10 commentaires:

  1. J'ai pas lu ta chronique en entier car j'ai ce livre en PAL et compte le lire. Je l'ai prit parce que j'adore le titre, j'ai adoré la couverture aussi et le résumé m'a bien plus. Je suis étonnée en revanche que tu ais cru de la fantasy, perso je n'ai pas pensé une seconde que ça serait de la fantasy mais plus du fantastique. Après c'est p-e l'éditeur qui l'a mal catégorisé souvent fantasy et fantastique font partie du même lot, tout comme SF et fantastique. En tout cas en voila un que j’ai hâte aussi de lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je l'ai trouvé en librairie dans le rayon fantasy, et je ne sais pas pourquoi, je me suis focalisée la dessus. ! En tous les cas, c'est un roman divertissant dont l'intrigue est bien construite ! Je te souhaite par avance une bonne lecture et ne manque pas de venir m'en parler quand tu l'auras lu.

      Supprimer
  2. J'ai lu ce roman il y a quelques temps maintenant... oh là oui! J'en garde un super souvenir et je pense que je le relirai !

    Pauline,
    Entres Les Pages : http://areader.over-blog.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ta visite Pauline, c'est en effet un bon roman qui marque les esprits !

      Supprimer
  3. La couverture est intriguante, tout comme ton avis :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahhhh ! c'est bien ça ! si j'ai pu créer une petite curiosité chez toi !

      Supprimer
  4. J'ai lu ce roman il y a quelques année et je me souviens qu'il m'a fait grande impression. Tu as raison de dire que ce n'est pas de la Fantasy à proprement parler, mais il s'en dégage une atmosphère de magie un peu bizarre, noire, mais je me souviens avir aimé! Ca change en tout cas ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, très particulier mais j'en garde un bon souvenir, c'est également l'ambiance qui m'a retenu sur ce récit un peu dur d'inceste !

      Supprimer
  5. Je suis contente de tomber sur quelqu'un qui a aimé ce livre! :) J'allais finir par croire que j'étais la seule (enfin à part en Allemagne puisqu'il a été meilleure vente! hihihi)
    Ta critique est sympa! Mais, HEUREUSEMENT, j'avais lu le bouquin avant! ;)

    Pour info c'est Marc SIMONETTI qui a fait le dessin de couverture!

    Bonne journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton passage Gloewen ! Oui, dans l'ensemble j'ai bien aimé, mais cette histoire incestueuse a de quoi arrêter quelques lecteurs ! On ne peut pas plaire à tout le monde ! et heureusement, il en faut pour tous les goûts !

      Supprimer

Merci de vos commentaires ...