mercredi 13 mars 2013

Lettre d'une inconnue et le joueur d'échecs- Stefan Zweig

Présentation de l'éditeur (pocket) histoires de vie
Nouvelle traduction Pierre Malherbet

"A toi qui ne m'as jamais connue." La lettre, anonyme, s'adresse bien à lui, à l'homme qu'il était et qu'il est demeuré, l'écrivain célèbre pour son talent, sa frivolité et ses conquêtes. Comment se souvenir de cette femme qui lui déclare sa passion de toute une vie, de cette adolescente de 13 ans qui l'épiait et l'adorait naguère en silence? Comment revoir le visage de cette inconnue qui se donnerait à lui, plus tard, et de leur brève idylle dans Vienne enneigée?

Ce texte est suivi de la nouvelle Le Joueur d'échecs, dernier écrit de Stefan Zweig. Sur un paquebot reliant New York à Buenos Aires, une partie d'échecs entre deux passionnés que tout oppose et que le jeu réunit. Une partie à la fois envoûtante et dérisoire aux allures de confession..

Ce petit librio m'a permis de connaître un auteur très adulé, je voulais me faire mon opinion, c'est fait… 

Ces deux nouvelles révèlent des histoires très différentes, mais toutes les deux font ressortir des sentiments humains exacerbés servis par une écriture fluide, sensible et simple. 

Les deux histoires étant courtes, je ne raconte rien, mais vous transmet juste mes sensations, et je vous laisse les découvrir si le coeur vous en dit ! On remarquera que le style de la nouvelle est performant, le sujet est complet et on ne s'ennuie pas. 

Pour "le joueur d'échec", on ressent une étude de la psychologie humaine, on y aborde les thèmes de la torture psychologique et de l'emprisonnement, ce qui, bien sûr, sont des thèmes "assez" dérangeants et grâce à l'écriture précise de Zweig, on imagine aisément cette douleur qui pousse à la folie. La grande Histoire est un prétexte connu et être un otage des nazis ne peut pas laisser insensible. Ce récit est aussi l'histoire d'un affrontement entre un homme connu et adulé, mais rustre, trop confiant et plutôt désagréable, et d'un parfait inconnu, patient et réfléchi, qui s'épanche sur une facette de sa vie… Quel contraste, c'est saisissant de réalisme et déconcertant parfois ! 
Je m'attendais à une fin plus étonnante (j'aurai presque aimé que ce carnet appartienne au champion du monde d'échec…)… Ah une dernière chose, je ne sais pas jouer aux échecs et cela ne m'a pas gêné ! 

Pour "lettre à une inconnue", le sujet pourrait paraitre plus léger mais il n'en est rien car le récit démarre sur les chapeaux de roues, on apprend coup sur coup la mort de l'auteur de la lettre et celui de son enfant.. Cette lettre est un testament bouleversant qui raconte à son destinataire, le sort et la vie d'une femme tourmentée, qui lui a tout donné sa vie et son amour, sans jamais qu'il n'en sache rien… Funeste confession qui devra hanter sans doute la vie de l'écrivain, nous sommes bien dans le plus pur style romantique ! On est assez subjugué par la passion de cette femme, et tellement dépitée qu'elle garde tout au fond de son coeur, un vrai gâchis ! une tragédie digne des grands romantiques de la belle époque ! cet amour a sens unique a de quoi rendre très complexe les émotions qui s'en dégagent, et nous amène à penser que la passion peut aussi être très destructrice ! 

Ces nouvelles sont simples et montrent des sentiments forts, caricaturaux. Le genre humain est décortiqué et savamment mis en scène. Je ne suis pas très friande de ces histoires, car elle ne m'apporte aucune solution sur les travers des comportements humains et me donne plus de désillusions que d'espoir ! Ces récits superbement écrits sont des sujets de philosophie en puissance ! 


2 commentaires:

  1. Je n'ai pas lu Lettre à une inconnue mais Le joueur d'échecs oui. Et de façon très surprenante (les classiques et moi ça fait souvent deux), j'ai aimé. Surtout pour le style. Mais l'histoire est tout à fait intéressante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis contente d'avoir essayé, cela ne rentre pas dans mon genre de lecture habituelle, et de temps en temps, c'est plaisant !

      Supprimer

Merci de vos commentaires ...