mardi 27 août 2013

L'Ange de la nuit tome 1 - La Voie des ombres de Brent Weeks

Présentation de l'éditeur ( Milady) - Fantasy
Traduction : Olivier Debernard

Le tueur parfait n'a pas d'amis, il n'a que des cibles.
Pour Durzo Blint, l'assassinat est un art et il est l'artiste le plus accompli de la cité, grâce à des talents secrets hérités de la nuit des temps.
Pour Azoth, survivre est une lutte de tous les instants. Le petit rat de la guilde a appris à juger les gens d'un seul coup d'œil et à prendre des risques -comme proposer à Durzo Blint de devenir son apprenti.
Mais pour être accepté, il doit commencer pas abandonner son ancienne vie, changer d'identité, aborder un monde d'intrigues politiques, d'effroyable dangers et de magies étranges, et sacrifier ce qui lui est le plus précieux...

Il semblerait que ce livre soit une lecture incontournable dans le domaine de la Dark fantasy ! Alors, plusieurs fois pris et reposé, j'ai fini par m'y plonger en écoutant l'avis de certaines copinautes. Ayant lu des thrillers très forts, ces derniers temps, j'avais besoin de changer complètement de cap et de pouvoir retrouver des ambiances imaginaires ayant un souffle épique ! Je ne fus pas déçue, même si ce n'est pas un coup de coeur ! 

Dès les premières pages, on est embarqué dans un univers glauque, celui du Dédale, quartier défavorisé de Cénaria, ville à l'ambiance médiévale. Nous y rencontrons Azoth, un jeune garçon appartenant à un guilde d'enfant voleurs, et qui doit se démener pour rapporter ces menus larcins au Rat, le chef-esclavagiste… Ah ! tiens ! cela me rappelle la jeunesse du gentil salopard de Locke Lamora…. Mais cette sensation ne dure que les premiers chapitres car ensuite l'histoire prend son envol et on s'éloigne des petits larcins… Azoth veut devenir "pisse-culotte", des assassins de haute voltige ayant des pouvoirs magiques… Mais ne devient pas "pisse-culotte"qui veut, il faut trouver un maître qui procédera à son éducation spéciale, dure et longue, et devra lui révéler le don qui dort en lui… Azoth sollicite longuement l'un des meilleurs Durzo Blint, un assassin hors pair et sans scrupule, mais on verra quand même que sous ses dehors taciturnes et froids, l'homme est tolérant et peut même faire preuve de sentiments… Son arrivée dans l'histoire ouvre la porte à des nouvelles intrigues, elles se mettent à foisonner, parfois peut-être un peu trop et dans tous les sens et beaucoup de personnages se succèdent, Il faut donc tout de même rester vigilant pour ne rien perdre et suivre les actions principales. 

Les personnages pourraient paraitre un peu stéréotypés, mais ils sont plus complexes qu'il n'y parait, leurs réactions ne sont pas toujours ce que l'on attend et ils cachent, pour certains d'entre eux, quelques secrets qui les rendent attendrissants, C'est le cas d'Azoth qui prendra le patronyme de Kylar en commençant sa formation, de Mamma K, la bonne vieille prostituée qui veillent sur ses gagne-pains, ou encore de Poupée…et les autres, ma foi, sont diaboliques et méprisables à souhait ! 

Un style fluide et bien rythmé qui ne laisse aucune place à l'ennui, on avance toujours dans l'histoire même si quelques coupes dans le texte aurait permis de gagner en intensité et éviter quelques répétitions sur les réflexions des personnages. L'émotion, les amitiés et les amours s'inscrivent aussi dans ce monde assez noir, et certains passages avec Poupée sont émouvants. Une écriture qui tend beaucoup vers la suggestion, et nous épargne ainsi des scènes trop sanguinolentes, qui parsèment allègrement cette histoire, il faut bien le dire ! 

Cette première partie est donc un peu comme un apprentissage initiatique pour Kylar, il évolue sur une dizaine d'année, un peu bizarrement d'ailleurs, il a soudain pris quelques années au détour d'u chapitre … De bons moments de magie avec une conception particulière du don, mais on manque encore beaucoup d'explications sur certains points, et la magie n'est pas mise très en avant dans cette partie ! Les tomes suivants sauront sûrement compléter cela… 

Pour finir, je me demande bien pourquoi l'auteur a appelé ces surhommes " des pisse-culottes" c'est un titre un peu réducteur et pas très alléchant … ma réflexion personnelle vaut ce qu'elle vaut … peut-être que lorsqu'on les voit, la peur s'installe et on en pisse de peur dans sa culotte ! allez savoir ! Ces guildes d'assassins taciturnes au grand coeur plaisent beaucoup en ce moment, et si vous aimez le genre, vous trouverez ici, tous les ingrédients pour passer un bon moment de lecture !

8 commentaires:

  1. Je me souviens d'avoir lu ce premier tome il y a quelques années, sans accrocher assez pour lire la suite.
    Mais je crois que je ferai bien de m'y replonger :) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, pour l'instant, je n'ai pas songé à lire la suite, non plus... Je laisse un peu de temps ! J'ai bien aimé, sans plus ! Merci le Chat de ton passage ;)

      Supprimer
  2. Je n'ai pas lu cette série. Par contre, j'ai lu le tome 1 du "Porteur de lumière" qui est vraiment excellent. Peut-être lirai-je, celle-ci aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je note donc ce porteur de lumière pour plus tard ! échange d'idée de saga ! Merci Vepug !

      Supprimer
  3. Un avis un peu mitigé alors, si ça ne t'a pas donné envie de lire la suite ? J'avais été complètement emporté pour ma part, je me revois encore, au milieu de la nuit, dans mon lit, à ne pas pouvoir m'arrêter de lire ^^
    Si tu lis Le porteur de lumière, tu verras que c'est complètement différent ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attendais ton passage car je sais que tu avais beaucoup aimé, j'ai bien aimé moi aussi, mais sans plus, un peu trop de fantasy ces derniers temps, et j'en viens presque à mélanger des histoires et les personnages ! Alors, après celui que je lis l'ange du chaos, je fais un break en fantasy... Je testerai "le porteur de lumière" plus tard ! Merci de cet info !

      Supprimer
  4. J'avais beaucoup aimé ce roman, et j'ai lu l'ensemble de la trilogie (j'ai moins aimé le 3, je crois). Dommage qu'il ne t'ait pas donné envie d'avoir la suite là, maintenant, de suite (mais ça ne peut pas marcher à chaque fois).
    Quant au terme de "pisse-culotte", c'est la traduction, parce qu'en anglais c'est "wetboy". Je ne vois pas comment traduire, je dois dire. J'avais trouvé que pisse-culotte c'était drôle et décalé (et j'en avais fait la même supposition que toi) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien aimé aussi, mais comme toujours, beaucoup d'éloges, donc mon ressenti est "un peu en dessous" de ce que je pensais ! Mais plus tard ... pourquoi pas ! Merci de ta visite Sia !

      Supprimer

Merci de vos commentaires ...