mercredi 29 janvier 2014

La maison aux esprits - Isabel Allende

Présentation de l'éditeur ( le livre de poche) - Histoires de Vie
Traduction : Carmen et Claude Durand

Une grande saga familiale dans une contrée qui ressemble à s'y méprendre au Chili. Entre les différentes générations, entre la branche des maîtres et celle des bâtards, entre le patriarche, les femmes de la maison, les domestiques, les paysans du domaine, se nouent et se dénouent des relations marquées par l'absolu de l'amour, la familiarité de la mort, la folie douce ou bestiale des uns et des autres, qui reflètent et résument les vicissitudes d'un pays passé en quelques décennies des rythmes ruraux et des traditions paysannes aux affrontements fratricides et à la férocité des tyrannies modernes. Isabel Allende a quitté le Chili après le coup d'Etat militaire. La Maison aux esprits, son premier roman, tantôt enchanteur, tantôt mordant, est à inscrire parmi les révélations de la littérature latino-américaine d'aujourd'hui. Il est traduit dans une dizaine de pays et a obtenu le prix du Grand Roman d'évasion 1984.

Je ne connaissais pas du tout cette auteur, et quelques livraddictiennes m'avaient un peu mis l'eau à la bouche en me vantant les qualités d'écriture de Mme Allende. Stéphanie propose une LC, je saute sur l'occasion. 

L'écriture est en effet très agréable, elle vous entraîne dans cette histoire à tiroir avec la délicatesse d'une conteuse. La qualité des mots choisis donne aux phrases une mélopée vraiment remarquable, elle nous fait tourner les pages sans avoir envie de s'arrêter et accompagne parfaitement le récit rocambolesque de cette saga familiale. 

Les cahiers de vie de Clara sont le point de départ et le fil conducteur de l'histoire, c'est sa petite fille Alba, qui nous transmet, sous forme d'un récit vivant, les souvenirs de son arrière grand-mère, elle nous montre comment à travers trois générations de femmes, les relations et les revendications se mêlent et se démêlent avec passion, au sein de leur petite communauté. 

Les poins de vue du narrateur sont différents tout au long de l'histoire et ne sont pas toujours bien perceptibles… Je ne savais plus qui parlait parfois entre Clara ou Esteban… petite gymnastique que l'on apprend vite et qui ne nuit pas à la compréhension mais apporte au contraire un autre éclairage et un des seuls points de vue "masculin" significatif dans ce récit. 

On retrouve donc des personnages fortifiés par un pays et un climat dur, moulés dans des traditions ancestrales et des coutumes paysannes intenses. Cela donne des êtres entiers, aux caractères parfois incontrôlables et bien trempés, ce qui fait écho et donne matière aux affrontements et au pouvoir politique en place. Et si aucun nom ne désigne le Chili, cela y ressemble beaucoup … 

Pour en revenir à ces femmes au destin hors du commun qui hantent et harcèlent le lecteur de leurs actions fortes, Clara est celle qui donne le tempo, elle est pourtant la seule qui ne se bat pas … Elle illumine sans effort et coule doucement en suivant ses prémonitions. Ses extravagances et ses fantômes nous la rendent intrigante, et je dois dire qu'en son absence, je me suis demandée si le récit n'allait pas s'en trouver appauvri … Mais ce n fut pas le cas, car les événements reprennent le pas, mais nous sommes un peu comme Esteban Trueba, déboussolé et meurtri de cette disparition, elle nous manque cette Clara ! La fragilité et la clairvoyance de cette femme en a fait un être à part qui contraste avec la dureté de leur vie quotidienne. Un petit mot pour la soeur d'Esteban : Férula dont l'histoire m'a beaucoup touché, c'est un personnage très fort dans ce livre, malgré sa discrétion permanente. 

Je n'ai pas grand chose à rajouter, si ce n'est que j'ai beaucoup aimé cette atmosphère (digne d'un Laurent Gaudé ou d'une Carole Martinez) et qu'il faut le lire pour se sentir imprégnée de cette atmosphère particulière et de l'émotion des personnes qui peuplent ce coin de terre. C'est un conte et le destin s'y mêle en apportant beaucoup de malédictions et de souffrance dans cette famille. 
La vaste demeure des Trueba finit par être un labyrinthe, comme le coeur de ces personnages. Pris au piège de leurs sentiments souvent contradictoires, la seule cohésion vient toujours de leur filiation et de leur désir de lutter contre le mauvais sort auquel il n'échappe que très rarement… On en serait presque à se demander s'il n'existe pas quelque part les ruines de "cette maison aux esprits", un domaine bien réel et pourtant hors du temps, qu'on aimerait visiter comme un vieux musée.

Lecture commune organisée par Stéphanie dont voici l'avis ici .

16 commentaires:

  1. J'hésitais sur ce livre, accessible en troc, ayant bcp aimé l'écriture de cette auteure. J'avais peur qu'il ne soit trop dur, et surtout, redondant avec les cahiers de Maya. Hmmm. Ton article aurait tendance à me faire basculer.

    Biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas les carnets de Maya ! Alors je ne pas comparer. Celui ci n'est pas dur dans le sens ou il n'y a pas de scènes insoutenables, si c'est de cela dont tu parles !

      Supprimer
  2. Je n'étais pas plus tentée que ça à lire du Allende mais après ton avis, j'avoue que je commence à me dire que ça vaudrait le coup de lire, au moins, ce titre là :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était une bonne expérience, une écriture qui ne peut pas laisser pas de marbre, après ce sont les sujets qui peuvent ne pas plaire !

      Supprimer
  3. Quel plaisir finalement cette lecture ! Je ne regrette pas une seconde de m'y être mise et je me rends compte que j'appréhendais bêtement ce texte alors qu'aucune difficulté n'a été rencontrées. J'ai pris bcp de plaisir et me lancerais bien volontiers sans ses autres romans !
    Des souvenirs que j'en ai,l'adaptation ciné est très bien faite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Stéphanie de l'organisation de cette lecture commune, j'appréhendais moi aussi, pensant qu'au delà de l'écriture le sujet ne m'emballerait pas plus que ça ! Et finalement on se laisse bien porter avec des personnages clés qui illuminent le récit ! Il me reste à conclure cette LC en regardant le film dès que l'occasion se présentera.

      Supprimer
  4. Cette lecture fut un excellent moment de lecture également! J'ai beaucoup aimé les mots de l'auteure, son histoire et ses personnages! Un livre qui ne s'oublie pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, une saga familiale qu'il sera difficile de détrôner et d'oublier tellement elle est dense à tous les niveaux !

      Supprimer
  5. L'avis de Stéph m'a déjà transmis l'envie d'aller à la découverte de cette auteure. Toi tu enfonces le clou. Génération de femmes, points de vue différents, émotions... hmm ça me paraît du tout bon pour moi ça :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça pourrait te plaire ma C'era ! Il y a beaucoup d'éléments qui entraînent des réflexions intéressantes sur le genre humain ! Comme quoi, s'ouvrir au monde n'est pas si facile ! on apprend que les coutumes ancestrales ont encore de beaux jours devant elles hélas !

      Supprimer
  6. Quel beau billet.
    Une lecture coup de coeur qui m'avait marqué il y a des années.
    Contente que tu l'aies découvert avec beaucoup de "plaisir". Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi, ce n'est pas le "gros" coup de coeur, même si je l'ai beaucoup aimé ! Mais la fraicheur et l'écriture du récit m'ont beaucoup changés de mes univers habituels de lectures ! Et la surprise m'a plu ! ;) bisous ma Stellade

      Supprimer
  7. Je suis très fan d'Isabel Allende qui raconte toujours de belles histoires. J'avais lu La maison aux esprits il y a très longtemps et j'avais beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une conteuse née, et j'ai été charmé, il faudra que j'essaie autre chose d'elle, voir si la mélodie de l'histoire me berce toujours autant ! Je vais aller fouiner des avis sur d'autres ouvrages ! ;)

      Supprimer
  8. Je ne connais pas cet auteur, mais j'ai un roman d'elle dans ma pal. Ta comparaison de l'atmosphère à du Gaudé ou du Martinez me donne très envie de le sortir de ma PAL!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Piplo, c'est vraiment ce que j'ai ressenti, il faudrait que j'en parle à Choco ! je ne sais si elle a déjà lu Allende ! elle devrait aimer ! et toi aussi du fait ! N'hésite pas à venir m' en parler, tu aurais du venir faire cette LC en notre compagnie !

      Supprimer

Merci de vos commentaires ...