mercredi 19 novembre 2014

Un homme trop facile - Eric-Emmanuel Schmitt

Présentation de l'éditeur (Albin Michel)

Comédien adoré du public, Alex, homme aimable et tolérant, s’apprête à entrer en scène pour la première du Misanthrope lorsque Alceste, le vrai, l’homme aux rubans verts de Molière, lui apparait dans le miroir de sa loge. La stupeur passée, la conversation s’engage mal entre celui qui voudrait changer le monde et celui qui l’accepte tel qu’il est. Qui triomphera, de l’idéaliste en colère qui s’indigne de la vie ou du libertin indulgent qui en rit ? Et lequel des deux gagnera les faveurs de l’insaisissable Célimène ? Dans cette brillante variation sur la plus énigmatique des pièces de Molière, Eric-Emmanuel Schmitt renoue avec la verve qui a fait le succès de son oeuvre dramatique, du Visiteur à Petits crimes conjugaux en passant par La Tectonique des sentiments.


Ce petit livre est un condensé de bons mots, de belles tirades, une panoplie de tous les "travers" de l'acteur et de l'homme à "travers" lui. Un régal ! Dévoré en une matinée !

Après des nouvelles, un roman, voilà que je peux tester la verve de Mr Schmitt dans le style théâtral. Encore gagnant, il a su jeter sa lucide analyse sur le monde du théâtre, un monde qu'il connait sans doute très bien puisqu'il est propriétaire du théâtre Rive Gauche, rue de la gaité à Paris.

Il nous plante le décor dans les coulisses d'un théâtre et plus particulièrement dans la loge du nouveau chouchou de Tout Paris "Alex", ce dernier doit se glisser dans la peau du célèbre Alceste, et ce soir c'est la première, il jouera le Misanthrope de Molière… Pas un petit rôle et Mr Schmitt nous montre bien que le répertoire classique est l'un des plus exigeant qui soit, une vérité parmi d'autres qu'il va semer tout au long de cette pièce.

Naviguant avec délice entre la prose et les alexandrins, il nous met en situation et beaucoup de maximes et de citations que nous reconnaissons sont imagées par de belles tournures. A travers les dernières minutes de préparation des acteurs, il met à jour leurs doutes et leurs angoisses... Certains comportement chez ces comédiens font peur à voir mais c'est si intelligemment mené et présenté que l'auteur réussit la pirouette de nous les rendre finalement attachants ! 

Une autre pirouette un peu magique, c'est le héros de la pièce "Alceste le misanthrope" qui  prend vie sous une singulière apparence, et derrière le miroir, il vocifére, interpelle et menace car personne ne peut mieux jouer que lui-même et se plaint déjà de ce nouvel acteur qui veut prendre sa place ... Comme une conscience, l'inconnu du miroir donne donc la réplique à notre acteur, et les dialogues savoureux qui en découlent sont un bonheur de lucidité et de franchise. Alex voit en Alceste tout ce qu'il n'aime pas et pourtant, ne sont-ils pas un peu semblables parfois, et comme l'auteur le dit très justement "...Le miroir c'est la lucidité à laquelle on veut échapper..."

Mais jusqu'à quel point peut-on se cacher derrière un rôle, le jeu des acteurs et celui de la vraie vie n'est peut-être pas si différents, et cela rend les choses très complexes quand on commence à y réfléchir, voilà pourquoi Alex ne cesse de dire que rester solitaire derrière son rôle a observé, critiqué ce n'est pas une vie, et que l'épanouissement, est dans l'aventure que l'on tente pour se dépasser.
Cela nous amène à des "faces à faces" avec toute une galerie de personnages, l'auteur, la maquilleuse qui protège les acteurs comme une mère, la partenaire dont on tombe amoureux, la fille aimante avec qui on finit aussi par régler ses comptes, le faux ami qui vous congratule pour mieux vous détrôner sous les traits d'Odon Fritz. 
Bref, un florilège de tous les "maux" qui peuvent habiter notre entourage et faire le vide autour de nous... Pour parer à cela, "Alceste" nous met en garde en prouvant que son égocentrisme le sauve et le protège de ces fléaux, et que sa solitude l'épargne de la souffrance.... Mais finalement, est ce que tout cela ne fait partie de la vie, les embûches nous aident à avancer avec plus de vigueur et quelle victoire pour Alex lorsqu'il répond à Alceste ".. vous êtes le possible que je n'ai pas choisi..." . Et toc !


"Définition Littéraire du Larousse.
Misanthrope : Personne qui manifeste de l'aversion pour tout le genre humain :
 Alceste est le type du misanthrope."

Un clein d'oeil également au superbe film "Alceste à Bicyclette" de Philippe Le Guay - 2011


Dédicace de Mr Schmitt au Printemps du livre de Montaigu 2013



8 commentaires:

  1. J'ai découvert cet auteur avec La Part de l'autre que j'ai bien aimé, je compte poursuivre ma découverte avec La femme au miroir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas la femme au miroir ! N'hésites pas à venir me dire ce que tu en auras pensé ! Merci de ton passage par ici ;)

      Supprimer
  2. Je rentre justement dans ma période E-E Schmitt, et je découvre un auteur très talentueux ! J'imagine sans peine que ce roman doit être un vrai plaisir à déguster :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est une pépite, et comme dans tous ses écrits, il y a, derrière l'histoire, des tas de messages que chacun interprétera à son idée ! Un grand Monsieur !

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Tu ne devrais pas être déçue ! celui-ci est un petit bonbon acidulé ! ;)

      Supprimer
  4. Je suis à peine à peine séduite par le style d'EE Schmitt que je n'ai pu découvrir qu'au travers de La Dame en rose et surtout sa participation à la préface du livre Après minuit (c'est là surtout que je me suis dit "quelle écriture!"). Donc il va sérieusement falloir que je me dégotte un roman du monsieur. Et voilà que grâce à toi j'hésite maintenant entre ce titre et La part de l'autre !!! Alors je fais quoi?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en ai lu très peu finalement, mais si j'en ai un à te conseiller, c'est la part de l'autre, dont tu trouveras ma chronique quelque part sur mon blog… Un grand moment littéraire.
      Cette pièce de théâtre est excellente aussi, mais m'a laissé moins époustouflée que la part de l'autre…Maintenant si tu veux passer un bon moment "court" 160 pages environ ! c'est ce qu'il te faut !
      Ces deux ouvrages recèlent des moments de réflexions intenses, et démontre la qualité de son écriture, deux sujets différents mais avec deux hommes forts Hitler d'un côté et Alceste, de l'autre … Tu vois, Il y a de quoi faire ! Mes livres sont à ta disposition si besoin est, ma C'era !

      Au delà de l'écrivain, le charisme, la gentillesse, la générosité intellectuelle de cet homme transpire dans ses oeuvres, et c'est un bonheur de le lire ! Alors Bon choix !

      Supprimer

Merci de vos commentaires ...