vendredi 23 janvier 2015

L'homme au manteau noir - Diane Setterfield


Présentation de l'éditeur (feux croisés) - Histoires de Vies
Traduction : Carine Chichereau

Pour impressionner ses amis, un garçon prend pour cible un corbeau posé sur une branche, et le tue d'un jet de lance-pierre. Pour la première fois, la mort entre dans la vie de William Bellman. Un acte aussi insignifiant que cruel qu'il oubliera sans peine. Devenu adulte, marié et père de famille, William, qui a connu une ascension sociale fulgurante se dévoue corps et âme à sa manufacture. Son enfance n'est plus qu'un lointain souvenir, tout comme la mort de ce corbeau. Tout semble aller pour le mieux dans la vie de William, mais les morts se multiplient dans son entourage, et ceux qui l'entourent disparaissent peu à peu. C'est à un enterrement que William voit pour la première fois un mystérieux personnage habillé de noir. Les terribles conséquences de son imprudence passée s'abattent alors sur lui. Désespéré, prêt à tout pour sauver le seul trésor qu'il lui reste, William et son étrange associé concluent un étrange marché.

Ah ! la la ! Comme je suis déçue de ce deuxième roman, ma déception est à la hauteur de mon attente qui aura duré pas moins de huit ans …Tellement enchantée par le treizième conte, je me suis précipitée sur celui-ci en me disant que cette longue attente avait du lui donner une belle maturité littéraire. 
La 4e de couverture exaltait déjà chez moi, un imaginaire fabuleux avec de la tension, du suspens, une intrigue pleine de virtuosité …. Vous l'aurez compris, je me suis montée le bourrichon toute seule et inutilement, je crois que la descente n'en aurait été que plus raide … 

Nous accompagnons la vie d'un homme dans les méandres de ces souvenirs qui nous conduisent à travers une vie simple et parsemées d'embûches, on appréciera son déterminisme dans la progression de sa carrière professionnelle qui régira toute sa vie… A l'orée de celle-ci, le souvenir d'un corbeau abattu de son lance-pierre lui revient en mémoire…. Pourquoi un souvenir si futile semble avoir tracé le chemin des actes de cet homme ??? 

Le fantastique, inexistant à mon goût, ne parvient pas à rendre mystérieux ce récit. L'insertion du freux a bien sûr une allure de mauvais présage, mais au contraire, il semble que celui-ci soit de bon augure … Alors on est aussi perdu dans les codes connus. Seules quelques citations sur la vie du corbeau et de ses parades habituelles les relient à l'histoire ou au message que l'auteur essaie de faire passer… D'ailleurs, on finit par se demander s'il y en a un et lequel ? 

Le freux Incarné par le fameux homme au manteau noir gère tout le suspens du roman …Il n'aura eu que quelques pages de présence sans intérêt, les discussions tiennent en quelques mots et ne nous apprennent rien sur leur relation et leur contrat … En fait qui est-il ? Un remord de la jeunesse de William qui prend vie et le poursuit… La folie de William fou qui a généré un ami virtuel qui veille sur lui, une sorte de corbeau gardien ! ou tout simplement William souffre d'un trouble de la personnalité, un genre de schizophrénie et il est ces deux hommes à la fois … Je vous convie donc à la lecture pour m'éclairer sur ce sujet ... 

Je n'ai même pas reconnu le style et l'écriture qui m'avait tant envoutés …Les faits s'enchainent sans aucune émotion, et les acteurs de ce roman restent peu attachants, peut-être un sursaut de chagrin quand on voit la folie de William face à la maladie de son entourage. 

Heureusement que ce livre fut court et vite lu car j'aurai sans doute jeter l'éponge, mais j'espérais toujours un retournement de situation qui n' est jamais arrivé. Alors, sans vraiment m'ennuyer, mais sans aucun entrain non plus, j'ai suivi les aventures de Will jusqu'au bout.. l'auteur devenant intarissable sur les manufactures de tissus, entreprises de créations et de vente de tissus, bref le livre finit comme il commence pour moi : sans tambour ni trompette … 

Malgré mes dires, je n'ai pas m'empêcher de repenser à un chef d'oeuvre du cinéma américain CITIZEN KANE * (je vous remémore l'histoire ci dessous en quelques mots pris sur Wikipédia)… En effet le fameux mot lâché pendant le dernier soupir de l'acteur "RoseBud" déclenche une extravagante recherche chez les journalistes, qu'a t il voulu dire avant de mourir ? En fait Orson Welles qui incarne le rôle de Kane a simplement donné le nom de son traineau, son jouet, ultime souvenir de son enfance, il n'y avait rien de plus à découvrir…  il servira de fil conducteur tout au long de sa vie comme pourrait le faire notre corbeau noir auprès de Williams…Cette approche est très personnelle.

Bien, je clos là ma chronique, car il ne sert à rien de ressasser mon mécontentement, j'ai une pensée pour toutes celles qui ont aimé son premier roman, et qui comme moi sont en attente d'explications sur celui-ci..… 

* Au début des années 40, Charles Foster Kane meurt dans son manoir de Xanadu, en prononçant dans un dernier souffle « rosebud » (bouton de rose) et en laissant échapper de ses mains une boule de neige. Ce dernier mot énigmatique attise la curiosité de la presse. Le journaliste Thompson est chargé de percer le mystère et va rencontrer tous ceux qui l'ont connu. Ces rencontres au présent où l'on plonge dans ses souvenirs sont accompagnées à chaque fois de flasbacks qui lèvent toujours un peu plus le voile sur sa vie. 
Tout jeune, il a dû quitter sa mère, qui se trouvait par hasard héritière d’une mine d’or, pour être élevé par un financier dans la perspective de sa fortune à venir. Devenu un grand magnat de la presse, il épouse la nièce du président des Etats unis et espère faire une carrière politique, carrière qui s'interrompt lorsque l'on apprend qu'il trompe sa femme avec Susan, une pseudo-cantatrice. Sa femme demande le divorce et Kane épouse alors Susan, qui se sépare de lui par la suite. Kane finit par mourir seul dans son immense manoir inachevé. 
Chaque personne qui l'a côtoyé, comme Thatcher, M. Bernstein, Jedediah Leland, Susan Alexander Kane et son majordome, a une perception bien particulière du personnage, souvent très différente de celle des autres : les récits, même entrecroisés, ne font donc qu'éclairer certains aspects ponctuels de Charles Foster Kane.

Vous trouverez ici l'avis de Choco


16 commentaires:

  1. J'ai lu ton article avec la plus grande attention... Et bien ça promet... Tu n'as pas remarqué un peu de Carlos Luis Zafon? en lisant ton article,j'y ai un peu pensé: un univers sombre et un tantinet fantastique...non?Bon je le lirai avec ton avis en tête. Merci beaucoup. Quel dommage, quand même. Biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas du tout de Carlos Luis Zafon, c'est autrement meilleur tu sais que ce que j'ai lu ici ! Le tantinet fantastique reste tellement tantinet ... que je ne pourrais pas le classifier dans cette catégorie ! J'espère ne pas avoir influencé trop ta lecture, et peut-être que j'attendais trop de ce roman, j'ai hâte que tu viennes m'en parler en me donnant ta compréhension des faits, bises ma Stellade ! si tu ne l'as pas encore acheté, je peux te l'envoyer par courrier !

      Supprimer
    2. Je viendrai t'en parler... c'est gentil mais je vais bientôt l'avoir. Quoique tu en penses, je veux le lire.Merci pour ta franchise. à très bientôt, ma Licorne.

      Supprimer
  2. au moins il nous aura fait réfléchir ce livre ! J'ai pensé que le fil conducteur était peut-être aussi la perfection, depuis le tir ajusté sur le corbeau, jusqu'à l'ascension fulgurante de Will mais je ne comprends pas vraiment le message. Etait-il à ce point hanté par son geste que cela a guidé toute sa vie ? Mais dans ce cas comment expliquer tous ces morts et la présence ( sans doute imaginée) de l'homme en noir ? bref, une bonne séance de psychanalyse ! hahaha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, finalement en ce sens il a du bon ...oui peut-être une perfection qui pollue sa vie, et qu'il a "imagé" sous la forme d'un corbeau , l'emblème est déstabilisant ... J'ai beau tourner et retourner, je finis par me dire que le message n'est peut-être pas si important, il a choisi de confier son destin à un corbeau et le rend responsable de ces bonnes actions comme de ses mauvaises, un genre d'exutoire ! J'espère que d'autres copinautes vont se joindre à cette discussion pour apporter leur point de vue, ce livre aurait mérité un topic sur le forum !

      Supprimer
    2. Vos discutions m'intriguent et je prends note pour y penser pendant ma futur lecture. Une lecture qui finalement vous a interpellé...Merci

      Supprimer
  3. Ah dommage que tu n'ait pas aimé ce livre, il me tentait beaucoup pourtant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut que tu essaies Le Chat ! il peut convenir à d'autres.. J'ai mis la barre très haute à cause de l'attente !

      Supprimer
  4. c'est dur quand on attend beaucoup d'un livre et qu'on est super déçue. Heureusement pour nous, ça arrive que rarement ouf bise lili

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Chris, cela arrive assez rarement car on prend le temps de choisir nos lectures ! ici je l'ai acheté les yeux fermés en connaissant déjà l'auteur... erreur ! ce qui prouve que les auteurs fétiches peuvent nous décevoir ! bises

      Supprimer
  5. Oh punaise ! Heureusement que je lis ton avis dessus. J'étais déçue, hier, en voyant que les participations sur Babelio étaient closes pour ce titre. Le 13ème conte avait été un coup de cœur. Mais là, tu me refroidis. Déjà, il ne fait pas chaud ici mais là ça ne me donne pas du tout envie... Je passe bien volontiers parce que j'ai troooop de choses à lire :P Bisous et bon week-end ma Licorne :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien ! je crois que je sape le moral de tout le monde avec cette chronique ;)...Mais c'est hélas mon ressenti, je te dirai bien que tu peux passer ton chemin, bien que j'ai toujours le doute que cela puisse plaire à d'autres et que mon avis soit trop subjectif... Enfin beaucoup de commentaires se rapprochent du mien, les avis ont l'air assez unanimes ! Bisous ma Belle !

      Supprimer
  6. Bon il n'est pas encore dans ma PAL … et je crois qu'il ne va pas la rejoindre de si tôt. Entre ton avis et celui de choco, me voilà totalement refroidi. :S

    Ce n'est vraiment pas agréable quand ce genre de mauvaise surprise arrive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui My, une bien vilaine surprise, sache que s'il te tient à coeur de le parcourir, je pourrai te le prêter ! Inutile de faire un trou dans le porte monnaie pour ce roman ... bises

      Supprimer
  7. Je crois avoir bien compris ce qui me reste à faire ; sortir très vite de ma PAL "Le treizième conte" et bouder celui-ci ;) Merci pour ce conseils avisé ! Bises ma Lili :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lupa, une chose est sûre, il faut en effet lire le treizième conte avant celui-ci... Nous sommes beaucoup a l'avoir apprécié et je ne pense pas me tromper en te le conseillant fortement ! bises

      Supprimer

Merci de vos commentaires ...