mardi 21 avril 2015

Le voyage de Robey Childs - Robert Olmstead

Présentation de l'éditeur ( Gallmeister) - Histoires de vie
Traduction : François Happe

Un matin de 1863, la mère de Robey Childs s'éveille bouleversée par un songe. Un grand danger planerait sur son mari, soldat de la guerre de Sécession. Elle envoie alors Robey, son unique enfant, âgé de quatorze ans, sur les traces de son père avec pour seule arme une veste réversible aux couleurs des uniformes de chacune des deux armées. Commence alors pour Robey un voyage qui bouleversera sa vie. Monté sur un cheval noir hors du commun, cadeau providentiel d'un de ses voisins, il traversera un pays en ruines, découvrant sur sa route la véritable nature des hommes.

Un livre qui est tombé dans ma PAL tout à fait par hasard. En farfouillant dans une librairie lors de mon séjour éclair à Paris, j'entendais sans vraiment y prêter attention, la conversation d'un des vendeurs qui racontait à un autre, ses dernières lectures… C'est alors qu'il s'est mis à parler de ce livre… Complètement charmé par les prémices de cette histoire,  j'ai tendu l'oreille plus franchement, et me suis empressée de lui demander le titre et l'auteur de ce roman afin d'en lire au plus vite le contenu.

Un éditeur et un auteur que je ne connais pas, et qui semble l'un comme l'autre être habitué aux romans sur les grands espaces américains. Ici, la méchante héroïne c'est la guerre de sécession en Pennsylvannie dans les années 1863 à travers laquelle, un jeune garçon va tenter une quête extravagante, bien expliquée sur la 4ème de couverture… Et de découverte en découverte, je me suis aperçue que j'avais mis la main sur un ouvrage de grande qualité littéraire et de réflexion tenace sur "la vie"et pourtant, on ne parle, quasiment que de "la mort" dans ce livre, quel paradoxe ! 

Peu habituée à vous livrer le détail de l'histoire, je ne le ferai pas moins plus ici ! Le préambule en parle très bien, je trouve juste que le concept de départ est quelque peu inhumain, comment une mère aimante et attentionnée peut-elle envoyer son garçon de 14 ans, seul, obligé de traverser un pays en guerre, à feux et à sang, pour retrouver son père, quelque part sur le front … Quel voyage pour un enfant ! Robey, en bon petit soldat part sans rechigner, son fardeau et son bardat sur l'épaule ! Comment peut-il retrouver son père avec si peu d'informations, au beau milieu de nulle part ! et pourtant la magie du romancier opère et vous verrez que cette croisade vaillante et émouvante à de quoi surprendre du début jusqu'à la fin. L'auteur nous emmène dans le coeur de la guerre, et là c'est une autre planète, une terre peuplée de monstres impitoyables en tout genre, le genre humain sera vu et analysé en toute franchise, et rien ne nous sera épargné, l'intensité qui se dégage de ce parcours m'a coupé la respiration,  parfois d'horreur, parfois d'injustice. Mais on ne peut rester insensible à ce parcours.

Robey, ce jeune garçon fascinant va donc découvrir à travers ses pérégrinations, les différentes facettes de l'humanité. A la fois tendre et cruel, certaines rencontres vont l'aider à se forger un caractère, à se méfier et à faire des choix … Je disais fascinant, car malgré la dureté des épreuves, Robey qui vit des situations périlleuses, glisse comme un pantin dans ses décors magnifiques, du moins au départ, car l'enfant s'enfonce bientôt dans les paysages ruinés par la guerre de sécession, tout comme il s'enfonce dans des questionnements sur son quotidien, une vraie mélasse de sentiments qui le laisseront passif devant certains événements et violents à l'extrême dans d'autres. Une ambiance morose par intermittence mais qui sape assez le moral, il faut le dire, tout est vu à travers un oeil noir, et seule la fin nous délivre quelques moments de bonheur, mais qui reste toujours voilé d'un certain scepticisme... 

Toutes ces impressions sont rendues par un style d'écriture très imagé, pas de grandes envolées lyriques, mais de la puissance dans les visions que nous suggèrent l'auteur, on se demande même comment cet enfant arrive à garder la tête sur les épaules avec ce qu'il vit et voit de ses yeux. Ce détachement est surprenant, mais cela lui permet de survivre certainement. Robey, qui pataugent dans une souffrance très solitaire, ne nous renseigne pas ce qu'il ressent au fond, le narrateur de l'histoire n'étant pas notre jeune aventurier… à cause de cela, j'ai eu du mal à m'attacher réellement au personnage, je ne pourrai même pas vous dire à quoi, il ressemble, par exemple, je n'ai pas pu mettre un regard, un visage sur ce garçon ! Il incarne ainsi toute une génération de ses fils de guerre.

Comme une longue quête, l'histoire est un tapis sans intrigue mais tissé à la main et qui nous entraine d'épisodes en épisodes au fil des sentiments et de la volonté de Robey … La notion du temps n'est pas toujours bien rendue, les trajets et les déplacements sont parfois sabrés, parfois interminables, on a alors du mal à voir l'évolution dans le temps du personnage et des événements, mais cela ne remet pas en question tous les sentiments qui vous traversent, et la véracité des faits historiques renforcent encore ce phénomène. 

Un roman qui reste en mémoire par la violence et la souffrance qui s'en dégage. 
Il faut bien choisir son moment pour lire ce livre et le savourer à sa juste valeur.
Une expérience émouvante ! A découvrir.


7 commentaires:

  1. Quel bel article ... j'aime beaucoup cette maison d'édition, Gallmeister, grâce à laquelle j'avais découvert David Van, il s'agit toujours de grands espaces et de la violence humaine, le paradoxe entre la nature immense et l'esprit humain parfois si petit, si paradoxal, c'est toujours très frappant comme histoire, on ne les oublie pas du jour au lendemain ... Jolie trouvaille parisienne ma Lili !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, comme quoi, il en reste des choses à découvrir toujours et toujours ... Le paradoxe dont tu parles est bien vu et en plus de la petitesse humaine, on y voit aussi toute la bassesse... Merci de ton passage ma June !

      Supprimer
  2. Oh là là, c'est très difficile de résister après ça... Le cadre des grands espaces américains, ça c'est vraiment ma tasse de thé, surtout quand elle est si bien servie par un histoire forte ! Moi aussi en lisant le résumé je me suis dit "Mais comment une mère peut envisager une chose pareille ?" o_o Je note ce roman qui, j'en suis absolument convaincue, sera bien à sa place dans ma PAL ;) Merci ma Lili !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, alors mon âme soeur à qui je parle beaucoup de mes lectures pense qu'à l'époque, une mère était beaucoup moins protectrice que maintenant, il fallait se débrouiller et c'était un monde pas facile, les adolescents étaient déjà dans le monde du travail ! Une chose comme celle ci n'était donc pas impossible ... . C'est vrai qu'il faut oublier un peu notre vie actuelle et son contexte quand on lit ce genre de livres. Merci de ta visite ma Lupa !

      Supprimer
  3. Je le note, je le note ! Le genre de livre qui pourrait bien me plaire :) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Spécial, comme histoire ! il faut avoir les nerfs et l'estomac bien accrochés ! Mais ce genre de récit marque beaucoup ! A tenter si tu peux !

      Supprimer
  4. j'espère qu'il ne pas pas resté longtemps dans ma wish mais qu'il arrivera bientôt dans ma pal !!!

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires ...