mardi 19 avril 2016

De force - Karine Giebel

Présentation de l'éditeur ( Belfond) - Thriller

« Le temps de l'impunité est révolu. Le temps des souffrances est venu. » Elle ne m'aimait pas. Pourtant, je suis là aujourd'hui. Debout face au cercueil premier prix sur lequel j'ai posé une couronne de fleurs commandée sur internet. Car moi, j'ai voulu l'aimer. De toutes mes forces. De force. Mais on n'aime pas ainsi. Que m'a-t-elle donné ? Un prénom, un toit et deux repas par jour. Je ne garderai rien, c'est décidé. A part le livret de famille qui me rappelle que j'ai vu le jour un 15 mai. De mère indigne. Et de père inconnu. Lorsque j'arrive devant la porte de mon ancienne chambre, ma main hésite à tourner la poignée. Je respire longuement avant d'entrer. En allumant la lumière, je reste bouche bée. Pièce vide, tout a disparu. Il ne reste qu'un tabouret au centre de la pièce. J'essuie mes larmes, je m'approche. Sur le tabouret, une enveloppe. Sur l'enveloppe, mon prénom écrit en lettres capitales. Deux feuilles. Ecrites il y a trois mois. Son testament, ses dernières volontés. Je voulais savoir. Maintenant, je sais. Et ma douleur n'a plus aucune limite. La haine. Voilà l'héritage qu'elle me laisse.


En ce moment,  j'enchaîne les" Giebel" et après "Satan est un ange", me voilà reconditionnée avec "De force". Quand on apprécie un auteur, on aime à retrouver sa patte, son style, il est là, incontestablement, plus dense et plus fourni que dans son dernier roman, qui m'avait laissé un goût de trop peu, dans tous les sens du terme. 
Le style incisif est donc retrouvé, je retrouve aussi sa délicatesse de chirurgien, elle nous dissèque un drôle de tableau familial où les secrets vont peu a peu éclater au grand jour et révéler encore des personnages au destin maudit ... 

Vous savez que je ne parlerai pas du récit à proprement dit, car chez cet auteur, le fil de l'histoire est un entrelacement de rebondissements, de fausses pistes et de surprises. Les forces du mal qu'elle se plait à nous traduire sous forme de récits humainement forts, sont sa marque de fabrique, et à ce titre, il ne faut rien dévoiler. La psychologie des personnages sera donc malmenée comme la nôtre, et tout doucement l'angoisse et le malaise vont prendre consistance, et elle nous fera vibrer tour à tour pour la pauvre Maud, une jeune et jolie fille riche... mais si mal dans sa peau, pour son père Armand, un chirurgien de renom ...mais avec un passé peu reluisant, une belle-mère jolie ... mais sarcastique ... bref, voyez une famille "parfaite" de l'extérieur ... mais qui va nous donner des sueurs froides, et plus on grattera le verni,  plus les désillusions s'enchaîneront ... Tout cela sous l'oeil étonné de Luc, un jeune garde du corps de fortune que le chirurgien a recruté pour apaiser les craintes de sa fille, traumatisée par une agression récente. 
C'est son agresseur qui va tout déclencher d'ailleurs car ce dernier va revenir hanter et détruire peu à peu cette famille, et malgré la présence de Luc, il ne cessera de les tourmenter rendant la cohabitation de ces 4 personnages encore plus étrange, l'auteur va nous conduire dans de drôles d'impasses, faites de mensonges et de cachotteries. La jalousie finira par faire de cette histoire, un huis-clos palpitant et tragique.

Je mettrai quelques bémols sur certaines situations, un peu téléphonées dans le sens où elle paraissent un peu faciles, mais on peut concevoir que dans cette ambiance un peu particulière la vengeance donne droit a beaucoup de prérogatives ... et heureusement, le suspens pallie à ces petites imperfections.

Ce roman est encore une belle réussite dans l'univers torturé et souvent malsain que Mme Giebel exploite à merveille, on y découvre encore une facette de l'espèce humaine peu reluisante ! L'auteur ne semble pas envisager beaucoup d'espoir pour l'extermination de nos travers ... son regard est impitoyable et acéré, elle  nous montre la réalité des choses sans l'enjoliver, mais simplement et avec application. Un miroir peut-être un peu sévère de notre société, mais en tous les cas, son écriture et sa détermination à nous l'évoquer sous cet angle, me pousse toujours et encore à lire ses romans !

528 p

18 commentaires:

  1. Pas mon préféré, j'ai beaucoup aimé quand même surtout pour Luc que j'ai adoré, et le talent qu'elle a pour nous immerger dans son récit et pour décrire les tensions humaines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Luc nous perd un peu parfois, est-il le bon ou le méchant dans cette histoire ? On se pose la question jusqu'à la fin ! ;)

      Supprimer
  2. j'ai été déçue... J'ai trouvé ça tellement en deça de ce qu'elle avait précédemment écrit. C’est bon au début et à la fin et le milieux est creux, prévisible, stéréotypé...Bref, j'ai passé un bon moment, parce que son style est appréciable, ais je n'ai pas été comblée pour autant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'on met la barre trop haute quand on lit ses romans à présent, mais elle nous a bien habitué à ça aussi, la coquine ... Malgré tout, ses livres se laissent lire, comme toi j'ai ressenti un peu de frustation ! Merci de ton passage Stéphanie ;)

      Supprimer
  3. Un cran en dessous pour moi, mais j'ai été ravie de découvrir l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mince ! j'espère que cela ne te freinera pas pour lire ces autres romans, plus performants à mon avis.

      Supprimer
  4. Ta chronique me donne envie de me laisser tenter ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue par ici , Alors , pari gagné pour moi ! ce sera ton premier livre de Giebel ?

      Supprimer
  5. On va noter plutôt celui là que Satan est un ange alors pour une découverte de l'auteur ;) quoi que les commentaires laissent entendre qu'il y a meilleur choix.
    Bonne journée Licorne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, je t'arrête tout de suite Tautiton... Faut commencer par "Meurtres pour rédemption", la claque ! je t'assure !

      Supprimer
  6. Comme tu as pu le lire sur ma chro, pas totalement convaincue non plus par ce roman, même si j'ai bien aimé. Mais, pour la peureuse qui sommeille ne moi, c'était très largement suffisant, en terme de thriller.
    Gros poutoux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pas d'hémoglobine a tout va ! et une bonne dose de psychologie, mais qui reste supportable ! c'est bien d'avoir essayé et d'avoir fait frémir tes limites !
      retour de poutoux !

      Supprimer
  7. Pas mon préféré, mais j'ai été quand même captivée du début à la fin :) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui on est toutes assez d'accord la dessus ! Merci de ton passage CHess ! ;)

      Supprimer
  8. Je l'ai pris au dernier Festival Quais du polar et j'ai assez hâte de voir ce que donne ce titre-là. Même si je me doute qu'il ne saura détrôner MpR...
    Je sens bien que la rédemption ne sera pas encore au rendez-vous tiens!
    Merci de cet avis :)
    C'era una volta

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il semble que la barre soit placée haute maintenant.. et nous devenons exigeante avec le temps et l'habitude de lire ce genre! Espérons qu'elle se renouvelle plus clairement ...sinon, avec le nombre d'auteurs excellents sur le "marché", elle risque le détrônement ... Bonne lecture C'era, j'attends ton avis !

      Supprimer

Merci de vos commentaires ...