mercredi 29 juin 2016

Le village - Emmanuel Chastellière

Présentation de l'éditeur ( les éditions de l'instant) - Fantastique - Horreur

Une jeune fille se réveille un matin dans une demeure inconnue. Livrée à elle-même au cœur d'un village aussi étrange que désert, privée de ses souvenirs, elle va bien vite se rendre compte que les secrets de son passé sont liés à ceux des anciens habitants des lieux. Pour se défaire de ces liens invisibles et espérer quitter ce village aux allures de prison hors du temps, elle va devoir raviver les cendres d'un bûcher centenaire...





 
Avant toute chose, merci aux éditions de l'instant et merci à Book en Stock de contribuer mois après mois à nous faire découvrir de nouveaux auteurs, certains m'auront marqué plus que d'autres et je dois dire que le choix de cet auteur a suscité mon intérêt, baignant lui-même dans la sphère de la fantasy. Je me demandais quel regard nouveau il pouvait apporter sur ce genre littéraire. N'oublions pas que comme le souligne Dame Dup, c'est un "Grand Chroniqueur de Fantasy devant l'éternel, pourfendeur des assassins à cape ", Môssieu Elbakin, quoi ! Il est également traducteur de romans de fantasy : La trilogie de Sam Sykes, La porte des Éons. La trilogie de Daniel Hanover, La Dague et la Fortune, mais aussi d'autres grands noms comme : Tad Williams, Django Wexler, Aliette de Bodard... Bon bref ... voyez, ce n'est pas n'importe qui dans ce domaine ! 
J'ai effectivement trouvé un regard nouveau et inattendu car ce n'est pas de la fantasy que j'ai lu, mais plutôt un conte fantastique teinté d'horreur, il n'y a pas d'hémoglobine à tout va, non... c'est plutôt la peur et l'angoisse qui suintent de ces lignes. Le sujet se rapproche de thèmes récurrents à Stephen King, Sire Cédric ou même encore Maxime Chattam, dans lesquels une réalité est détournée et nous entraine dans un univers inconnu et hostile, ici, on revit certaines peurs de l'enfance, on trouve un condensé de l'imaginaire collectif distribué de façon originale même si le bien et le mal s'affronte toujours avec les mêmes armes.

C'est l'ambiance le point fort de ce roman, une  atmosphère qui m'a ramené dans un espèce de moyen âge moderne, mais il est difficile de préciser où et quand cela se passe. L'auteur brouille les cartes et nous enlève très vite tous nos repères de l'espace et du temps, et cela pour nous perdre encore mieux dans la suite du récit. Il sait le faire avec brio, car ne sachant plus très bien parfois où j'en étais de ma compréhension de l'histoire, je restais indéfectiblement scotchée au récit jusqu' à la fin. Une curieuse envie de savoir comment cette histoire allait finir ... 

Nos jeunes protagonistes sont attachants, ils ont une force et une détermination combative, surtout Epine qui m'a captivé par ces exploits. On sent le groupe perdu, et malgré l'anarchie de la situation, on aimerait plus de cohésion entre eux. Epine, Fumée, Paille et Fugue forment une brochette d'adolescents se débattant dans leur vie affective, on les suit avec intensité, et on en oublierait parfois qu'ils vivent un véritable enfer, se battant contre une malédiction implacable et cruelle qu'ils cernent mal aussi. Ils apportent leur part d'humanité et d'insouciance, ainsi qu'une certaine fraicheur au récit.

Si je suis passée à quelques centimètres du coup de coeur, c'est parce qu'il y a beaucoup de zones d'ombre dans l'histoire, il m'a manqué des informations importantes, jugées secondaire par l'auteur, (ce sont ces propos). Je suis assez d'accord pour que le lecteur suive aussi un peu son chemin. Mais pour moi, la situation actuelle de ce village restait trop dans le flou, pourquoi et comment en étaient ils arrivés là et vers quelle échappatoire allaient-ils ? Que de questions souvent restées sans réponse. J'ai la sensation que l'auteur qui a son histoire bien en tête, a fait le choix de nous donner un minimum de renseignements pour entretenir le mystère de ce récit, et tourner notre attention sur les sensations et les sentiments, et c'est bien joué finalement, car je suis restée accrochée à ce monde sordide et souffreteux... Quant à la fin de l'histoire, si elle nous parait un peu déconcertante, elle ne nous apporte pas de réponses, mais elle reste ouverte, et on pourrait presque entrevoir une prochaine aventure dans un autre espace-temps .... A bon entendeur, salut !
Une belle découverte, un premier roman qui intrigue fortement et qui laisse la place à la réflexion personnelle, notons une ambiance angoissante très bien rendue, une écriture simple sans fioriture, un style porté sur l'action avec quelques pauses plus poétiques qui permettent de soulager la tension et le suspens dans le récit. Voilà, il me reste à vous envoyer par ce lien sur le blog de Dup et Phooka et de faire connaissance avec Emmanuel Chastellière, si vous voulez en savoir plus ...



4- La Vallée de la Peur : lire un livre du genre « Horreur »
321 pages

6 commentaires:

  1. J'ai trop trop envie de le lire !!!

    RépondreSupprimer
  2. J'ai trop trop envie de le lire !!!

    RépondreSupprimer
  3. Mon mode "fortement intéressée" s'est mis sur ON à la lecture de ton billet, tant d'arguments en la faveur de la découverte d'un nouvel auteur (et pas n'importe lequel, en effet !) ne peuvent être ignorés ! Et puis les romans d'ambiances et moi, c'est une longue histoire d'amour ;-)
    Merci, merci ma Lili :)

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour !

    Pour info, au cas où, je viens de publier une sélection de scènes coupées qui n'ont finalement pas été retenues dans la version finale du roman.
    Pour les curieux ! :)

    http://www.emmanuel-chastelliere.com/blog/2016/10/26/halloween-au-village-les-scnes-coupes-du-roman

    Amicalement,

    Emmanuel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Emmanuel, je cours y jeter un " gros " oeil !

      Supprimer

Merci de vos commentaires ...