vendredi 9 septembre 2016

L'Homme de Lewis - Peter May (Tome2 de la trilogie de Lewis)

Présentation de l'éditeur (Babel noir) - Policier
Traduction : Jean-René Dastugue

En rupture de ban avec son passé, Fin Macleod retourne sur son île natale de Lewis. La mort tragique de son jeune fils a pulvérisé son mariage. Impuissant et résigné, il a quitté la police. La lande balayée par les vents, la fureur de l’océan qui s’abat sur le rivage, les voix gaéliques des ancêtres qui s’élèvent en un chant tribal : il pense pouvoir ici retrouver un sens à sa vie.
Mais, Fin à peine arivé, on découvre le cadavre d’un jeune homme, miraculeusement préservé par la tourbière. Les analyses ADN relient le corps à Tormod Macdonald, le père de l'amour de jeunesse de Fin, et font de lui le suspect n°1. C’est une course contre la montre qui s’engage alors : l’inspecteur principal est attendu sur l’île pour mener l’enquête et il n’épargnera pas le vieil homme, atteint de démence sénile.
Au rythme des fulgurances qui traversent l'esprit malade de Tormod, le passé ressurgit, douloureux, dramatique, et dévoile le sort que la société écossaise a réservé pendant des décennies aux "homers" : ces enfants orphelins ou abandonnés que l’Eglise catholique envoyait sur les îles Hébrides.
Après "L’Île des chasseurs d’oiseaux", on retrouve ici avec bonheur la figure d’un enquêteur indécis à la croisée des chemins, tenté de construire son avenir sur les cendres du passé. L’Ecosse mystérieuse, majestueuse et sauvage est un écrin de rêve pour ces vies dans la tourmente, magistralement orchestrées par Peter May.


Un deuxième tome aussi agréable à lire que le premier dont voici mon avis ici,  j'ai adoré une fois de plus retrouver l'univers sombre et émotionnellement fort de Peter May, cela va d'ailleurs être dure de faire ma chronique alors que je suis assise au soleil, les pieds dans l'eau sur une des plus belles plages de Vendée... Bref, je suis aux antipodes de cette Ecosse belle, cruelle et sauvage.

Il y a 3 points forts dans ce livre, et pas des moindres puisqu'il s'agit du décor, des personnages et de l'intrigue .. donc rien à jeter ...

Le décor grandiose et austère des îles Lewis donne toute la mélancolie nécessaire à ce tome. Balayée par le temps, et les éléments, j'étais meurtrie en me plongeant dans cette histoire et on se demande comment des gens peuvent vivre toujours ballotés par le vent, sous les embruns ou dans la tourbe humide sans en être affectés.... Il faut sans doute une sacré force de caractère, ce qui me permet d'en venir au deuxième point fort, les personnages.

Des personnages charismatiques et attachants. Nous retrouvons Fin McLeod, son fils et Marsaili, cette famille semblent toujours aussi torturée, se posant mille questions sur l'avenir. Notre inspecteur qui s'est mis dans un genre de retraite forcée semble être une fois de plus rattrapé par son passé, il reste hanté par la perte de son enfant. D'ailleurs je fais ici un petit aparté, car je conseille vivement aux futures amateurs de ce récit de respecter l'ordre des tomes, ne serait ce que pour comprendre ici les relations qu'il développe avec Marsaili et son état d'esprit très perturbé qui s'explique grâce au premier tome. 

Une très bonne intrigue basée sur des allers-retours passé-présent. Dans ce deuxième tome, Fin est de retour sur son île natale pour un long repos, mais il va devoir très vite reprendre ses galons d'inspecteur pour mettre à jour une intrigue qui prend sa source dans le passé du pére de Marsaili, Tormod MacDonald. Cet homme souffrant d'amnésie maladive, sera le véritable héros de ce roman, drôle et émouvant, son passé revenant par bribes va, peu à peu, faire ressurgir des événements lointains, entraimant des révélations et des rebondissements étonnants comme seul Peter May sait les mettre en scène. Prise dans ce tourbillon du passé, j'ai aimé cette histoire bien ficelée qui mêle passé et présent, entremêlant des sentiments forts et touchants, et démontrant qu'une fois de plus, la vengeance est un plat qui se mange froid, voir gelé ! 

Le tome 3 est d'ores et déjà une de mes prochaines lectures, je retrouverai avec plaisir cette écriture envoûtante qui donne force et tendresse au récit.  Innocentant son potentiel beau-père, retrouvant grâce et tendresse auprès de Marsaili et de Fionnalagh, j'espère retrouver cet inspecteur plus heureux et reposé, un homme droit qui finit toujours par faire la lumière sur des histoires souvent sordides parlant de tradition et de filiation.  Un pur régal !


7- Une Affaire d'Identité : lire un livre dont le personnage principal est amnésique

8 commentaires:

  1. Réponses
    1. ça pourrait en effet ! C'est assez sombre comme atmosphère ! il faut tenter !

      Supprimer
  2. et bien voilà un avis sympathique. J'ai un des livres de l'auteur dans ma pal et j'étais peu tentée (sans trop expliquer pourquoi), je vais donc me laisser aller avec Les disparus du phare.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c’est vrai que la couverture et le sujet peuvent manquer de dynamisme, un côté glauque qui rebute au premier abord.. Mais cette ambiance pesante et sombre est vraiment le point fort de ces romans. Je ne connais pas ce dernier mais il semble qu’il soit lié à la trilogie écossaise, je le note à mon tour, merci de cette information Stéphanie. Bises

      Supprimer
  3. Un décor grandiose, des personnages charismatiques et attachants, une très bonne intrigue...
    Stop ! C'est bon, tu as encore gagné sur ce coup là ! Je n'ai rien à dire devant une telle démonstration, sauf qu'il faut absolument que je lise ces romans ;-)
    Bel avis Ma Lili, merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lupa ! et bonne lecture, on baigne dans de grands espaces austères et nostalgiques ! Il faut sans doute choisir le moment propice pour cette lecture.

      Supprimer
  4. Coucou Lili,
    j'ai enfin publié ma chronique, je peux donc venir lire la tienne, très bonne, comme d'habitude, j'ai envie de dire ;)
    Comme tu dis, rien à jeter, je pense même avoir légèrement préféré ce tome au précédent.
    Merci encore pour cette belle lecture commune.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était un grand plaisir, même si j'ai lézardé un peu plus que toi sur cette lecture. J'ai adoré l'histoire de ce Tormod, et pour ça il est beaucoup plus touchant que le premier tome .. Je continue bientôt l'aventure avec le 3 ...

      Supprimer

Merci de vos commentaires ...