jeudi 17 avril 2014

Les naufragés de l'île Tromelin - Irène Frain

Présentation de l'éditeur (Michel Lafon) - Histoire, Histoires de vies

Un minuscule bloc perdu dans l'océan Indien. Cerné par les déferlantes, harcelé par les ouragans. C'est là qu'échouent, en 1761, les rescapés du naufrage de L'Utile, un navire français qui transportait une cargaison clandestine d'esclaves. 
Les Blancs de l'équipage et les Noirs de la cale vont devoir cohabiter, trouver de l'eau, de la nourriture, de quoi faire un feu, survivre. Ensemble, ils construisent un bateau pour s'enfuir. Faute de place, on n'embarque pas les esclaves, mais on jure solennellement de revenir les chercher. Quinze ans plus tard, on retrouvera huit survivants : sept femmes et un bébé. Que s'est-il passé sur l'île ? À quel point cette histoire a-t-elle ébranlé les consciences ? Ému et révolté par ce drame, Condorcet entreprendra son combat pour l'abolition de l'esclavage.

Très enthousiasmée par l'avis de Belle et de son choix, je me suis dit que j'allais découvrir un fort "beau" moment d'histoire, nouveau pour moi et plein d'émotions à en juger par le sujet bien explicite en quatrième de couverture.

Et ce fut le cas, l'histoire ne manque pas d'intérêt et c'est un événement qui mérite sa place et toute notre attention dans l'histoire avec un grand H, façon tragique de se remémorer les grand travers de l'humanité.


Il est difficile de qualifier le genre de ce roman, il tient plutôt du documentaire parfaitement maitrisé avec un travail de recherche complet et qui a semblé passionner les protagonistes. Je conçois que les témoignages de l'époque sont maigres, que les écrits du chirurgien de bord et de l'écrivain, ainsi que les recherches archéologiques sont les seuls apports fiables, et qu'il a fallu reconstituer toutes ces années avec peu de chose, c'est donc une belle gageure réussie par l'auteur.... Mais je regrette que le ton et la "raideur" de l'écriture n'est pas suscité chez moi, l'émotion attendue par ce type de récit. En effet, le timbre de l'auteur reste très monotone, et il a manqué un souffle de romanesque, des dialogues plus éloquents, plus percutants, un peu de suspens pour que l'on s'attache aux personnages et à leur souffrance, les analyses et le récit conforme sont un peu trop académiques et engluent finalement l'aventure en altérant l'imagination… C'est le seul point d'ombre sur ce livre.

A côté de cela, l'histoire de ce vaisseau "l'Utile", (on peut dire qu'il porte bien son nom celui-ci) est beaucoup "plus" qu'anecdotique, car ce passage ouvre la voie plus tard vers l'abolition de l'esclavagisme. 
Ayant fait naufrage au large de Madagascar, l'équipage français et sa cargaison illégale et incongrue, (soit 160 esclaves), se voient livrés aux éléments : la mer, le vent et la terre très hostile sur laquelle ils viennent d'échouer. Après avoir compris qu'ils ne pourraient tous s'en sortir qu'en travaillant ensembles, les deux communautés noires et blanches se découvrent de nouveaux rapports dans l'épreuve de reconstruction du nouveau bateau " La Prame", construit sur les ruines de l'ancien. Ils vont mettre en commun leur capacité et leurs bras pour fuir au plus vite cette île inhospitalière, dans tous les sens du terme. D'ailleurs, je vous conseille après la lecture de visionner le site internet du livre, les quelques photos prises de l'endroit, rendent le témoignage encore plus édifiant.

L'île Tromelin, baptisée ainsi en l'honneur du chevalier qui retrouva les 8 survivants, reste un endroit atypique et sûrement gravé de l'empreinte de tous ses hommes qui y moururent et manquèrent de tout. Il aura fallu attendre 15 années pour mettre fin à leur calvaire, on notera les remords de ses marins qui avaient promis de revenir les chercher dès que possible, mais les lenteurs administratives et humaines ne datent pas d'aujourd'hui, et elles ont aidé à camoufler un peu plus longtemps ce secret, qui aura vite tourné au cauchemar.... 


Alors malgré le manque d'envolée romanesque et de souffle épique, 
ce livre est un témoignage incontournable de l'horreur liée au manque d'humanité, 
il est important de ne pas oublier !  
Merci Belle de m'avoir fait partager cette leçon d'histoire !


2 commentaires:

  1. Je suis contente qu'il t'ait plu même s'il t'a manqué un peu de romanesque. Lorsque j'en avais parlé avec l'auteur, je savais qu'il n'était pas du tout destiné à me faire rêver. Donc, je n'ai pas eu ce manque que tu as pu ressentir. C'est un récit sur des faits véridiques que la France n'a jamais dévoilé d'ailleurs. Qui a entendu parler de ce naufrage en cours d'histoire ? Personne ! J'espère que d'autres lecteurs seront tentés par cette découverte parce qu'il vaut le coup d'être lu ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère aussi Belle car il est intéressant de comprendre l'histoire par l'illustration de livre comme celui-ci, la récolte des éléments et le travail de recoupement est un travail de fourmi et de patience ! Pour tous cela ce livre doit être salué à sa juste valeur.

      Supprimer

Merci de vos commentaires ...