jeudi 10 janvier 2019

Dans les eaux du Grand Nord - Ian Mc Guire

Présentation de l'éditeur (10/18) - Roman historique - Aventures
Traduction : Laurent Bury


Puant, ivre, brutal et sanguinaire, Henry Drax est harponneur sur le
" Volunteer ", un baleinier du Yorkshire en route pour les eaux riches du cercle polaire arctique. Patrick Sumner, un ancien chirurgien de l'armée traînant une mauvaise réputation, n'a pas de meilleure option que d'embarquer sur le baleinier comme médecin. En Inde, pendant le siège de Delhi, Sumner a cru avoir touché le fond de l'âme humaine, et espère trouver du répit sur le " Volunteer "... Mais pris au piège dans le ventre du navire avec Drax , il rencontre le mal à l'état pur et est forcé d'agir. Alors que les véritables objectifs de l'expédition se dévoilent, la confrontation entre les deux hommes se jouera dans l'obscurité et le gel de l'hiver arctique.



Quel roman ! Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, et franchement ce fut vraiment une très bonne surprise.
J'avais beaucoup aimé me retrouver à bord du HMS
Erebus et du Terror dans le TERREUR de Dan Simmons (Excellent roman d'aventure d'ailleurs, chronique par ici ), et grâce à ce plus petit roman en volume, j'ai retrouvé le quotidien terrifiant de ses marins à la peau dure, qui survivent sans doute à cause de leur force de caractère et de leur hargne, je ne parle même pas de courage !  L'auteur nous décrit avec justesse la vie à bord de ce baleinier groenlandais le "Volonteer", il est apprêté pour partir dans le grand Nord à la chasse à la baleine, et là on pense aussi à l'univers de Moby Dick ! L'industrialisation en cette fin de XIXe se développe de plus en plus et cette chasse est très lucrative, même si elle arrive aussi à sa fin. 

D'ailleurs, j'ai vu un très bon film sur le sujet qui vient parfaitement clore cette lecture. Je vous le recommande.  " Au coeur de l'océan " réalisé par Ron Howard !




Mais revenons à notre livre ... Au delà de l'aventure que représente cette expédition, la dimension humaine est très importante, et Patrick Summer, chirurgien de fortune, banni de l'armée britannique, sera le porte-parole de cette histoire. Un personnage qui a aussi beaucoup de comptes à régler, il combat ces propres démons et devra se pencher aussi sur ceux de l'équipage, chacun a son secret et son lourd passé, l'atmosphère déjà pesante avant le départ s'intensifiera au fil du voyage...

Notre docteur se retrouve donc au milieu d'une bande de sauvages, des hommes violents et sans concession pour les petites natures, dont il nous fait partager les états d'âmes. A bord, ça va vite se compliquer quand on va retrouver un jeune mousse assassiné dans d'étranges circonstances. Cette mort rend notre chirurgien très inquiet, et malgré la brutalité de ces hommes, il s’acharnera à connaître le coupable et la vérité, dévoilant encore plus d'ignominie au sein même de l'équipage. Je vous laisse goûter par la lecture, la "joie" d'être mousse à l'époque !

Un auteur inconnu qui gagne vraiment à être lu, une écriture fluide, un rythme agréable et une immersion totale dans un univers glauque où la convoitise rend les hommes cupides et manichéens. On a juste envie de mettre de bonnes baffes à ces fieffés escrocs qui composent l'équipage de ce capitaine poissard ! On assiste aussi à des scènes animalières dures mais on est happé par le réalisme du récit et on est près d'eux dans l'immensité glaciale d'une nature hostile et magnifique à la fois. Un grand frisson m'a parcouru tout au long de cette lecture !  A découvrir !

                                      

La chasse à la baleine

La pêche à la baleine permettait aux Européens d'obtenir des produits pour leurs industries. Les Européens consommaient des millions de gallons d'huile de baleine (lampes, lubrifiant) mais aussi pour la peinture, les vernis et le savon. Pour approvisionner ces marchés les Basques ont tué des milliers de baleines. Le baleinier moyen pouvait transporter 1.250 tonneaux d'huile extraite du lard de 25 baleines. Ces « barricas » étaient entreposées dans la cale.
La pratique de la chasse à la baleine a connu un très grand essor avec des moyens industriels considérables au XIXe siècle. La guerre russo-japonaise, XIXe et XXe siècle, avait pour enjeu l'accès aux ressources baleinières de la mer du Japon et du Pacifique Nord Ouest.
Dans cette période, on a :
  • des navires susceptibles de s'attaquer à des baleines de haute mer ; 
  • la constitution de flottes pour optimiser l'exploitation de zones riches ou de migration 
  • l'utilisation du harpon propulsé puis l'utilisation du harpon à tête explosive. Et comme les canons ont des lunettes de visée, l'animal n'a aucune chance !
La chasse à la baleine a plusieurs raisons économiques :
  •    la nourriture ;
  •   l'huile (chauffage, éclairage, cuisine). L'huile de cachalot sert à lubrifier les machines travaillant à grande vitesse et demandant des mécanismes de haute précision. L'huile de rorqual était utilisée pour éclairer les villes. Un rorqual bleu de 26 mètres produit 27 tonnes d'huile ;
  •     les os sont utilisés comme matériau ;
  •     les fanons sont utilisés pour les baleines de parapluie et les corsets ;
  •     le cuir est utilisé pour fabriquer des ceintures ;
  •     les intestins séchés utilisés pour réaliser des cordages ;
  •     les produits cosmétiques dérivés ;
  •     les produits pharmaceutiques dérivés ;
  •     l'ambre gris du cachalot sert à fixer les parfums ;
  •     la spermaceti servait à fabriquer des bougies.
L'augmentation des prises a conduit à une raréfaction de la ressource. La moyenne annuelle d'animaux capturés s'élève à 1.500 dès 1890 et jusqu'à 50.000 dans les années 1930.

La Commission baleinière internationale (CBI)
Elle a été créée par la Convention de Washington (1946) dans un contexte de surexploitation des grands cétacés. À l'origine destinée à assurer « la conservation judicieuse de l'espèce baleinière et, partant, de rendre possible le développement ordonné de l'industrie baleinière », la CBI s'est progressivement donné pour mission la conservation des baleines
La CBI a pour rôle de :
  •     permettre la protection totale de certaines espèces (baleine bleue, baleine à bosse) ;
  •     désigner des vastes zones protégées ou sanctuaires pour les baleines ;
  •     limiter le nombre et la taille des baleines chassées (hors moratoire) ;
  •    fixer les saisons d'ouverture et de fermeture des campagnes de chasse et délimiter les territoires de chasse ;
  •     interdire la capture de baleineaux et de femelles accompagnées de baleineaux.
Par ailleurs, la Commission stimule, coordonne et subventionne la recherche sur les baleines, publie des données et des études scientifiques, et encourage la recherche dans des domaines voisins tels que les méthodes de capture non cruelles. De même, le Comité scientifique de la CBI élabore un état des lieux général des populations de baleines et entreprend une enquête sur les répercussions du réchauffement climatique et de la pollution sur les cétacés.
Les baleines bleues d'Antarctique sont à moins de 1 % de leur effectif d'origine. Une seule espèce, la baleine grise du Pacifique, est revenue à sa population d'origine mais la baleine grise du Pacifique Ouest est au bord de l'extinction ...


tiré de Claire König, Enseignante Sciences Naturelles pour Futura planete
La chasse à la baleine, d'hier à aujourd'hui
https://www.futura-sciences.com/planete

jeudi 3 janvier 2019

Tour de livres .... nouvelle rubrique #3


Une nouvelle rubrique pour vous parler rapidement de mes lectures ...Quelques mots ... des impressions ...

Parfois le temps passe et les chroniques restent sur un coin de table ou de papier sans réussir à trouver le chemin du blog...

Alors voici mon petit palliatif ....

avec Serge Brussolo, Hervé Gagnon,
Dan Waddell, Julia Chapman
et Stefan Platteau ....


Londres,1945. Les exploits de Conan Lord défraient la chronique. Qui est donc ce cambrioleur insaisissable qui signe ses forfaits en rayant les miroirs, comme si son image lui était insupportable? Un nazi clandestin, un anarchiste? Un soldat défiguré par la guerre et décidé à se venger?
Cependant, au square, le jeune Richard Shieldrake a lié connaissance avec un autre garçonnet, Tiny, lui aussi accompagné de sa nurse. Étrange enfant, celui-là, qui, une fois sorti du jardin, allume une cigarette et boit un coup.
Quelque temps plus tôt, le cirque Paddington a brûlé dans les bombardements. On y exécutait pour appâter le public les numéros les plus dangereux...

Prix du Roman d'aventures 1994 pour le chien de minuit, Serge Brussolo nous donne ici une intrigue à couper le souffle, dans une Angleterre hantée par des personnages de roman noir. Un petit chef-d'œuvre de suspense et d'angoisse.

Pour le challenge des 12 thèmes de novembre, mon choix s’est porté sur la relecture d'un "Serge Brussolo", ce petit roman m’avait ravie au point d’en garder un souvenir assez particulier, fort avec une ambiance glauque, pleine de mystères et une énigme solide à résoudre. Ma relecture n'a pas été à la hauteur des mes souvenirs, il est évident qu’au fil du temps, j’avais un peu embellie l’histoire et mes impressions. En tous les cas, cela reste un petit livre agréable qui se lit vite et témoigne d’une maitrise du suspens et du rebondissement. Des situations rocambolesques mais que l'auteur rend assez crédibles, des personnages dont je ne me suis pas entichée mais qui ont une sacrée personnalité.  Ce n'est pas le meilleur de Brussolo, mais on retrouve son style, il sait raconter les histoires, nous faire frissonner et nous perdre dans les méandres de la psychologie et des travers humains ! A découvrir pour les amateurs du genre.

 


Le Mal est partout. 
En 1563, une poignée de protestants fuient la guerre de religion qui embrase la France et se réfugient secrètement en Canada. Sur le site abandonné du village iroquois d'Hochelaga, que Jacques Cartier a visité en 1535, ils fondent Havre-Grâce, où ils aspirent à vivre en paix. Mais le Nouveau Monde se révèle inhospitalier pour ce groupe d'idéalistes mal préparés. Les premières récoltes sont mauvaises et le gibier a déserté les environs. L'hiver est cruel et le froid, dévorant. La neige fait de la colonie une prison. La faim s'y installe et emporte les plus faibles. Petit à petit, le Mal s'insinue dans Havre-Grâce. Une fillette semble être possédée, des envies de cannibalisme animent certains colons et une créature mystérieuse rôde aux alentours. Homme, bête ou démon? Nul ne peut le dire. Le jeune Guichard Sorbiac tentera de le découvrir.


Hervé Gagnon est un auteur qui m'a tellement enchanté avec DAMNE et MALEFICA que je me jette facilement sur tout ce qu'il a pu écrire. Cette histoire est un peu particulière, elle semble être comme une longue nouvelle qui nous emmène dans son pays natal, le Canada, mais il y a quelques siècles de cela ! 
Le départ des protestants vers le nouveau monde au XVIe n'est pas une légende, et partant de ce fait historique avéré, Mr Gagnon a imaginé la vie d'une de ces petites colonies perdue dans une contrée hostile et inconnue. Havre-Grâce, un ancien village iroquois déserté, leur offre un léger répit, ils s'y installent, mais bientôt la dureté de l'hiver, puis le manque de nourriture renforcent les tensions et des excès de démence commencent à toucher certains habitants ... On n'est pas loin de penser que le Malin est en train d'investir la place. Les tensions montent et Mr Gagnon n'a pas son pareil pour faire monter le suspens et le frisson. L'histoire nous sera conté par le jeune Guichard Sorbiac, il nous offre une vision assez réaliste et terrifiante de la vie de cette communauté. C'est assez caricaturé, mais il y a toujours cette petite touche de fantastique qui touche notre imaginaire et nous ramène a la noirceur de l'homme ! Un peu sur ma faim à la fin il faut le dire aussi ! Pas son meilleur, mais la plume est toujours là ! fluide et pertinente, une lecture parfaite pour cet hiver au coin du feu ! surtout si vous aimez frissonner ...

Sept siècles après Gondemar de Rossal, la Vérité est à nouveau en péril. Et elle n'a jamais été aussi terrible.

Dans cette nouvelle série, l'auteur retrouve l'univers de la série Damné sept cent ans plus tard. En mars 1939, la guerre est imminente et le Troisième Reich planifie la Shoah. Dans le Sud de la France, l'Obersturmführer Otto Rahn a retrouvé la tombe et le testament d'un chevalier mort depuis sept siècles : Gondemar de Rossal. Celui-ci y raconte comment il avait consacré la vie qu'on lui avait rendue à protéger la Vérité : une lettre de Ponce Pilate à l'empereur Tibère dans laquelle le Procurateur de Judée affirme que Jésus n'est pas mort sur la croix, et une épître dictée par Jean le Baptiste qui prêche la religion ancienne et décrie le message guerrier de son cousin Jésus.

S'amorce alors une course effrénée entre diverses factions qui ne reculeront devant rien pour posséder ces documents. La Schutzstaffel d'Heinrich Himmler se voit déjà les brandir pour réduire la chrétienté en ruines sur lesquelles il construira la religion nordique du Troisième Reich. Le Vatican doit à tout prix les récupérer pour survivre. Entre les deux, les Sages de Sion, une société occulte vouée à la préservation du peuple juif, souhaite les monnayer au plus offrant. Au milieu de tout cela, un homme, Roland Sentenac, ramené de l'enfer malgré plusieurs meurtres et un suicide avec la même mission que Gondemar de Rossal jadis : protéger la Vérité jusqu'au jour de sa révélation. Mais Rossal ne savait pas tout. La Vérité est plus vaste et plus terrible encore. Les Tables de la Loi pourraient mener à l'embrasement du monde.



Je fus gagnée par une fièvre terrible quand j'appris qu'une "sorte " de suite à DAMNE était sorti à la fin du printemps 2018. Non, non, je vous jure ! je n'exagère pas ! J'ai été longue à venir vous en parler mais pas longue à le lire.  Un petit goût de déception pour moi, j'étais tellement attaché à mon chevalier Gondemar et à son histoire. Je savais aussi que malgré un côté fantastique certain, je ne pourrai pas vraiment le retrouver galopant sur son destrier vers les châteaux cathares ... 
L'auteur a su jouer d'un autre stratagème pour faire revivre ce combattant de Dieu, dans une autre époque, un autre siècle. Je ne saurai trop vous dire ce qui ne m'a pas vraiment plu dans ce premier tome, les personnages pas assez attachant, et les rebondissements nombreux mais trop téléphonés... Je pense que pour ceux qui n'ont pas lu Damné, l'histoire est parfaite, mais en ce qui me concerne, j'ai eu l'impression de revenir à sa première quête au pays cathare, transposée à une autre époque, et cela a manqué d'originalité et d'intérêt. J'ai eu le tort d'en attendre trop et la comparaison a été facile, mais à côté de cela, le style est toujours là, fluide, alternant l'attente et les révélations, on ne s'ennuie pas et on enchaîne à vitesse grand V les trouvailles et les indices... Alors ! A vous de voir !



 

Traduit par Jean René Dastugue
La journée de l'inspecteur Grant Foster commence mal : le cadavre d'un homme, que son assassin a amputé des deux mains avant de le poignarder, vient d'être découvert, abandonné dans un cimetière de l'ouest londonien. Le corps semble être tombé du ciel.
Lors de l'autopsie, Grant Foster relève, taillée au couteau dans la peau de la victime, une inscription énigmatique.
Le seul talent d'enquêteur de Foster ne suffira pas à venir à bout de ce mystère. L'indice laissé par le tueur va l'obliger à faire appel à Nigel Barnes, un généalogiste professionnel.
Alors que, peu de temps après, un deuxième corps est identifié, ils vont se retrouver plongés dans les bas-fonds du Londres victorien de la fin du XIXe siècle et parcourir les méandres obscurs d'une affaire criminelle survenue en 1879 et qui semble liée aux meurtres.
Une course contre la montre s'engage : le psychopathe semble suivre un schéma qui, selon Nigel Barnes, va conduire à d'autres exécutions. Foster sait qu'il n'a que peu de temps avant que le tueur n'arrive au bout de son parcours sanglant et ne disparaisse à jamais.


Un corps amputé des mains découvert dans un cimetière, porteur d'inscriptions scarifiées et tout cela dans un Londres nébuleux ! N'est-ce pas une entrée en matière percutante ? Mais l'originalité n'est pas là, elle est dans la particularité des enquêteurs qui vont avancer dans une intrigue passionnante grâce à la généalogie. Vaste sujet et loisir qui n'est pas réservé, vous le verrez, aux personnes âgées recherchant les origines de leurs familles. Le commissaire Grant Foster et sa collègue Heather Jenkins vont faire appel à un généalogiste professionnel Nigel Barnes pour résoudre cette énigme. L'enquête sera méticuleuse, elle nous ramènera dans le passé, dans un Londres victorien, on cherche dans les archives, les vieux journaux, et cela ralentit quelque peu l'action pure, on se détourne aussi parfois du fil conducteur, faisant des allers retours entre les différentes sources... Bref, on peut ressentir un peu d'ennui à trainer derrière Barnes comme un rat de bibliothèque, mais la construction est bien pensée et on se dirige vers une fin étonnante qui m'a donné envie de continuer cette série, un peu à part, et je dois le dire, moins sanguinolente que beaucoup d'autres en ce moment ! 









Quand Mme Shepherd se rend à l’Agence de recherche des Vallons, convaincue que quelqu’un cherche à la tuer, Samson O’Brien, détective privé, met cela sur le compte des divagations d’une vieille dame un peu sénile. Pourtant, après une série de curieux incidents à la maison de retraite de Fellside Court, il en vient à se demander si, finalement, il n’aurait pas dû la prendre plus au sérieux…
Alors que les fêtes de Noël approchent, Samson se lance dans une enquête complexe, qui lui demandera de renouer avec les habitants de Bruntcliffe – les mêmes qu’il a fuis une dizaine d’années auparavant. Et qui mieux que la tempétueuse Delilah Metcalfe, propriétaire de l’Agence de rencontre des Vallons, peut l’aider à regagner leur confiance ? Ensemble, Samson et Delilah vont devoir coopérer pour déjouer les menaces qui planent sur les personnes âgées de la région. Avant qu’il ne soit trop tard…


Je viens vous parler du deuxième tome des détectives du Yorshire de Julia Chapman que j'ai terminé la semaine dernière. Cette suite se dévore avec autant de plaisir que le premier volet des enquêtes de Samson et Delilah ! Je dirais même que je l’ai préféré au premier, et même si on ne gagne pas forcément en densité dans les enquêtes, je dois dire que les personnages prennent leur place et montre tout leur potentiel. Nos enquêteurs du dimanche sont attachants, tout comme les pensionnaires de la maison de retraite dans lequel va se passer cette histoire à la veille de Noel !. On rit et on a peur, franchement je me suis régalée avec des situations aussi farfelues que poignantes.…Je n'ai qu'une chose à dire : vivement le tome 3 ! 

voici pour rappel ma chronique du tome 1 - Rendez vous avec le crime









Les sentiers des astres, tome 2 : Shakti

Sept hommes, une femme et une enfant.
Ce sont les derniers compagnons qu’il reste au barde Fintan Calathynn pour mener à bien la quête du Roi-diseur, à travers une forêt boréale plus menaçante que jamais. Neuf survivants aux abois, retranchés dans la grotte des Teules, encerclés par l’ennemi. À l’heure où la gabarre livre ses derniers secrets, et où les arbres tremblent de la colère des géants, les fugitifs devront jouer cartes sur table et révéler les ombres issues de leur passé. À commencer par l’énigmatique Shakti…



Un excellent tome 1 dont la chronique est par ici !
J'ai abordé le tome 2 assez rapidement pour ne pas perdre les ficelles de cet univers enchanteur.  Un plaisir renouvelé même si je l'ai trouvé un demi ton en dessous du premier. On retrouve à peu près les mêmes ingrédients et les mêmes personnages, mais Manesh est relayé au second plan pour nous laisser découvrir plus en profondeur Shakti, la courtisane, proche du commandant de bord, très effacée dans le premier épisode. Je me demandais d'ailleurs quelle était au juste sa place et son rôle dans cette expédition, j'ai donc eu quelques réponses à mes interrogations. Mais il reste encore beaucoup d'incertitudes et le roi diseur, même s'il est tout proche, reste encore invisible ! Le tome 3 va suivre prochainement car on touche au but ! ...  Le talent de conteur est toujours présent et la plume coule toujours, la forêt est cette fois-ci le quotidien des aventuriers, remplaçant le fleuve Framar. Le procédé d'écriture est identique au premier tome et l'alternance des chapitres actuels et passés fonctionne bien, mais ne crée plus la surprise. Une bonne lecture et une trilogie qui me laissera un souvenir marquant en fantasy.








jeudi 20 décembre 2018

En ce moment chez Lili ...# 21





Après une longue absence marquée
par la perte d'un parent très cher à mon coeur,
je reviens ici dans mon antre,
je tiens d'abord à remercier mes amies copinautes, sur LA ou ailleurs,
qui m'ont accompagnées et soutenues par des petits messages
tout au long de ces derniers mois. La page se tourne doucement ...
et je reviens vers vous avec quelques idées de sorties et reportages,
et prochainement un tour de livres ....


dimanche 16 décembre 2018

Challenge en Terre du Milieu en 2019 avec Alhweder !


Alhweder nous a concocté un excellent challenge, je n'ai pas pu résisté à la lecture des consignes ! Voyez plutôt ! heu ... Lisez plutôt ! me voila engagée dans l'armée des humains aux côtés d'Aragorn !





Les tensions entre les trois races principales de Terre de Milieu n'a cessé de s'intensifier. Nains, Elfes et Humains se disputent la place du plus grand peuple de Terre du Milieu. Leur fierté les empêche de céder le moindre bout de terrain et ils sont prêt à tout pour prouver leur valeur. Afin de régler une fois pour toute la question, il est décidé d'un grand concours. On proposa l'arbitrage aux Hobbits qui considérèrent que c'était bien trop de travail et s'en retournèrent à leur bière. Il sera donc exercé par un être neutre venant d'un autre monde et les règles établies par lui.
Le concours commencera le 1 janvier 2019 et durera jusqu'au 31 décembre de la même année. Voici donc comment ces trois nobles peuples pourront prouver leur valeur :


Lecture d'un Roman/Essai/Recueil de nouvelles/Biographie/etc = 10 points
Lecture d'un Manga/BD/Comics/Album jeunesse/Nouvelle seule/etc = 5 points

Hommage au créateur : TOLKIEN
(100 pts - Une fois)
Lire un total de 7 livres écrits par des auteurs dont la première lettre du nom de famille de chacun permet de réécrire le nom de Tolkien.
Possibilité d'utiliser le prénom de l'auteur mais cela enlève 5 points à chaque fois.

Gloire au Maître : ILUVATAR
(150 pts - Une fois)
Lire un total de 8 livres dont la première lettre de chaque titre (hors déterminant) permet de réécrire le nom d'Iluvatar.

Bonus du Rôdeur :
• En éclaireur au Mordor (10 pts - Une fois) : On trouve dans le livre la description d'un paysage en ruine à cause de la guerre.
• Par delà les mer (10 pts - Une fois) : Le(s) personnage(s) principal(aux) font un voyage en bateau.
• Diplomate chez les Haradrim (10 pts - Une fois) : La majeur partie de l'histoire se déroule dans un pays du Sahel.
•Au coeur de Fangorn (10 pts - Une fois) : Une partie importante de l'intrigue se déroule dans une forêt.
•A l'auberge du Dragon vert (10 pts - Une fois) : Le(s) personnage(s) principal(aux) passent au moins une nuit à l'hôtel.
•Dans les cavernes de la Moria (10 pts - Une fois) : Le(s) personnage(s) principal(aux) doivent s'aventurer sous terre d'une manière ou d'une autre.

Repentir de Gollum :
(20 pts - Répétable une fois par livre)
Un personnage passe sincèrement du camp du "Mal" à celui du "Bien".

Nains, Elfes et Humains pourront tous compter sur des soutiens non-intéressés.
*Soutien des Hobbits (1 pt - Répétable une fois par livre) : De la boisson ou de l’alimentation apparaît sur la couverture.
*Soutien des aigles (1 pt - Répétable une fois par livre) : Le ciel apparaît sur la couverture.
*Soutien de Tom Bombadil (1 pt - Répétable une fois par livre) : La couverture montre un arbre ou une plante.
*Soutien de Radagast (1 pt - Répétable une fois par livre) : La couverture montre un animal.
*Soutien des Ents (5 pt - Répétable une fois par livre) : Le titre du livre comprend le nom d'une espèce d'arbre.
*Soutien de Merry et Pippin (5 pts + 1 pt par 10aine de pages supplémentaires - Répétable une fois par livre) : Lire un ouvrage de plus de 500 pages.
*Soutien de Gandalf (10 pts - Répétable une fois par livre) : Lire un ouvrage où apparaît une figure de vieux sage (ex : Merlin, Gandalf, Dumbledore...)

Par ailleurs, chaque race possède sont propre champion qui ne rapportera bien sûr des points qu'à son propre camp !
+ Aragorn, Champion des Humains (5 pts - Répétable une fois par livre) : Trouver le mot "épée".


Chaque clan pourra également compter sur des héros qui apparaîtront au fur et à mesure de l'année pour le soutenir. Voici les entrées  en lice pour les humains.es !
• Entrée en lice d'Eowyn (Du 5 au 25 mars - Utilisable par les Hommes - 10 pts - Répétable une fois par livre)
• Entrée en lice de Theoden (Du 5 au 25 mai - Utilisable par les Hommes - 10 pts - Répétable une fois par livre) : Précisions à venir
• Entrée en lice de Beren (Du 5 au 25 juillet - Utilisable par les Hommes - 10 pts - Répétable une fois par livre) : Précisions à venir
• Entrée en lice de Faramir (Du 5 au 25 novembre - Utilisable par les Hommes - 10 pts - Répétable une fois par livre) : Précisions à venir

Pour terminer, il serra également possible de faire des coups bas à ses adversaires...

Trahison de Grima (-1 pt pour chaque équipe adverse - Répétable une fois par livre) : Trouver le mot "poignard".
Courroux de Saroumane (-1 pt pour chaque équipe adverse - Répétable une fois par livre) : Trouver le mot "magie".
Assaut des Nazguls (-1 pt pour chaque équipe adverse - Répétable une fois par livre) : Trouver le mot "dragon".
Menace de Sauron (-5 pts pour chaque équipe adverse - Répétable une fois par livre) : Trouver le mot "anneau".

Quelques précisions :

- "La ceinture sahélienne recouvre, entièrement ou en partie, les pays suivants : l'Algérie, le Sénégal, la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger, le Nigeria, le Tchad, le Soudan, le Cap-Vert. On y ajoute parfois les pays de la Corne de l'Afrique : Djibouti, l'Éthiopie, l'Érythrée, la Somalie." (Merci Wikipédia) Tous ses pays seront donc acceptés.
- Les mots à trouver sont bien sûr acceptables au pluriel. Pour qu'il soit validé, il faudra indiquer la page et le citation de la phrase concernée.
- Lorsque le défi concerne une couverture, merci d'en présenter l'image lors de votre validation.
- Dans tous les cas, il faudra mettre le lien BBM du livre pour valider une lecture ainsi qu'un petit avis de quelques lignes (deux minimum quoi ! ^^).
- Faites bien attention à valider vos lectures pour les entrées en lice dans le temps imparti sinon elles ne compteront pas.
- Quand il sera demandé de lire un genre de livre particulier, les indications sur la fiche BBM du livre feront référence.
- Pour la Gloire au Maître, il faut utiliser le titre du tome lu, et nom celui de la saga.
Exception n°1 : Il n'y a pas de titre spécifique au tome. (Cela arrive souvent dans les manga par exemple)
Exception n°2 : Vous avez fait le choix de compter une Intégrale comme une seule lecture. Dans ce cas, il faut utiliser le nom de la saga.
- Chaque tome d'une saga présente dans une Intégrale compte comme une lecture. Vous pouvez cependant choisir de compter l'Intégrale comme une seule lecture.

Guerrier.ère.s Humain.e.s :

- Zaza Caribou - Llhyn - miss daisy - Korydwen - Ness - Loulette - Espyvie - RedPanda -
Ju feather - Frouty - Readeuse - Alapagedesuzie - Delphinema09 - Errant - Claire Randall - Cesa - Kiriiti - Licorne



lundi 10 décembre 2018

Le challenge de "AlapagedeSuzie" ! On voyage en 2019 ...


Il débutera le 1er janvier 2019 et se terminera le 31 décembre 2019.
Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 31 janvier 2019.

Voici le pitch de Suzie !

"Le but est bien simple, c'est de lire un maximum de pays différents d'ici la fin du challenge. L’objectif est de sortir un peu de sa zone de confort pour aller découvrir des auteurs des quatre coins du monde.

Attention! Un pays peut-être validé jusqu’à quatre fois, mais chaque lecture n’aura pas la même valeur ! Je vous explique comment cela fonctionne...

Une première lecture dans un nouveau pays vous rapportera 20 points.
Une seconde lecture du même pays vous rapportera 15 points
La troisième 10 points
La quatrième 5 points
La cinquième… Rien du tout.
Le but est de diversifier ses lectures et de découvrir le monde!

Afin de rendre ce challenge plus interactif, il y aura non seulement des points de distribués avec vos lectures, mais aussi des bonus mensuels. C'est-à-dire que chaque mois, il y aura un pays qui sera à l'honneur !

Sans plus attendre, voici les mois qui seront à l'honneur au cours de la prochaine année et cela vous vaudra 5 points supplémentaires :

Janvier : Australie
Février : Japon
Mars : Irlande
Avril : Canada
Mai : Italie
Juin : Suède
Juillet : France
Août : États-Unis
Septembre : Espagne
Octobre : Allemagne
Novembre : Belgique
Décembre : Écosse

Petites informations supplémentaires... veuillez prendre note que votre roman doit avoir un minimum de 100 pages. J'accepte les mangas et BD, mais ils devront avoir un minimum de 150 pages. Les audiobooks seront également acceptés, mais un seul par mois."

Alors préparez votre sac à dos, on prend l'avion le 1er janvier. 
J'espère que vous serez nombreux à embarquer !
Venez nous rejoindre, c'est par ici 

vendredi 23 novembre 2018

Les sentiers des Astres Tome 1 Manesh - Stefan Platteau

Présentation de l'éditeur - (j'ai lu) - Fantasy

Quelque part dans la nordique forêt du Vyanthryr, les gabarres du capitaine Rana remontent le fleuve vers les sources sacrées où réside le Roi-diseur, l’oracle dont le savoir pourrait inverser le cours de la guerre civile. À bord, une poignée de guerriers prêts à tout pour sauver leur patrie. Mais qui, parmi eux, connaît vraiment le dessein du capitaine ? Même le Barde, son homme de confiance, n’a pas exploré tous les replis de son âme. Et lorsque les bateliers recueillent un moribond qui dérive au fil de l’eau, à des milles et des milles de toute civilisation, de nouvelles questions surgissent. Qui est Le Bâtard ? Que faisait-il dans la forêt ? Est-il un danger potentiel, ou au contraire le formidable allié qui pourrait sauver l’expédition de l’anéantissement pur et simple ?

Merci à "J'ai lu" et Book en Stock pour cette pépite !

Un roman qui me redonne le goût de la fantasy comme je l’aime, une histoire qui vibre de légendes et nous transporte vraiment dans un univers aux multiples facettes, peuplé de créatures intrigantes et d’humains attachants. Même si, dans ce premier opus, on ne peut pas dire que la quête soit pour l'instant très originale, il n'en reste pas moins que l'univers, l'écriture, l'organisation et les rebondissements de cette histoire laissent un souvenir marquant, au point d'en faire un véritable coup de coeur !

Habituellement attirée par des récits plus toniques, j'ai été ici complétement séduite par l’inverse ! et cette langueur dans l’avancée de l’histoire a un charme hypnotique ; je suis restée collée sur ce livre comme une bernique sur son rocher, dégustant et savourant chaque moment, et je ne vous parle pas de l’écriture envoûtante, parfois crûe, mais toujours scandée de poésie et qui m'a donné suffisamment de matière pour imaginer les décors et les rives de ce fleuve et me faire frissonner la plupart du temps ...


L'histoire évolue dans la forêt mystérieuse du Vyanthryr, une expédition guerrière remonte le fleuve Framar pour rencontrer le roi-diseur, un oracle difficile à trouver et qui pourrait détenir des clefs pour mettre fin au conflit qui gronde. On suit avec intérêt ces guerriers frondeurs regroupés derrière un capitaine taciturne, on sent leur loyauté, leur motivation, même si chacun semble avoir sa part d’ombre et ses propres secrets. Leur quête les entraine souvent dans des espaces concentrés et confinés : la gabarre, la grotte, des campements de fortunes, ces huis-clos étouffant de réalisme nous immergent à leurs côtés, et je me suis souvent sentie "de la partie", retenant mon souffle par l’émotion d’une situation, et ça, c'est un grand plaisir de lectrice !

Un des personnages phares dans ce premier tome est Fintan, le barde, c’est aussi le second du capitaine Rana, il nous abreuve de son récit, il raconte en temps réel le voyage sur les gabarres, et nous berce aussi du récit de de vie de Manesh, le Bâtard de Marmach, un bougre récupéré au fil de l’eau qui dérivait vers une mort certaine. Ce dernier sera la deuxième source d’inspiration de l'auteur et notre barde ne cessera de l’interroger pour savoir ce qu’il faisait à dériver sur un tas de bois dans un territoire hostile. Son histoire est étonnante, pleine de suspens, et la nature de cet homme-solaire va bientôt déclencher de nombreuses questions et des animosités au sein de la compagnie. Qui est il vraiment ? Dans quel camp est-il ?
Le concept du récit alterne le passé et le présent, et lorsque l'un finit par rattraper l'autre, l'intrigue et les énigmes prennent une nouvelle tournure tout aussi palpitante. Les coutumes de ce monde recréé, ses multiples croyances, ses créatures fantastiques, tout cela prend corps et évoluent à travers des rebondissements et des aventures passionnantes, donnant l'impression d'une multitudes de petites histoires dans l'histoire. On n'est jamais perdu, souvent ramené sur le bon chemin, par notre barde conteur !

A ce propos, il faut signaler que l'auteur anime son récit comme un véritable conteur lui-même, il sait évoquer des ambiances, maintenir un suspens et nous faire rêver avec des légendes fabuleuses. Même si on ressent toute la complexité de cet univers chiadé où cohabitent des êtres mythologiques et des esprits torturés comme le semeur de Feu, le pâtre noir et sa horde ... L'équilibre entre la magie et le réalisme est subtil et finement maitrisé ! ça coule tout seul et ça sonne "presque" vrai !

Manesh est le premier tome de cette trilogie, et sans doute pas le dernier pour moi, la suite étant prévue très prochainement. J'ai hâte de retrouver cette galerie de personnages dont je n'ai pas beaucoup parlé mais qui vaut son pesant d'or, et dont les dialogues riches ronronnent déjà comme une douce musique à mon oreille. Je vous laisse les découvrir !

Je vous encourage à aller suivre la discussion et les interviews de Stefan Platteau sur le site de Book en Stock, il offre de bons moments de détente et de belles révélations.

Ce sympathique médiéviste sait parfaitement nous amuser, et nous charmer plus encore par sa plume puissante et poétique ! Un régal sur toute la ligne !