vendredi 14 mai 2021

Sa Majesté mène l'enquête Tome 1: Bal tragique à Windsor - S.J. Bennett


Présentation de l'éditeur (Les Presses de la cité) - Policier
Traduction : Mickey Gaboriaud

« Sa Majesté mène l’enquête » : une nouvelle série de cosy crimes dont l’héroïne est Elizabeth II, reine d’Angleterre.

Quand Miss Marple rencontre The Crown !
Windsor, printemps 2016. La reine Elizabeth II s’apprête à célébrer ses 90 ans et attend avec impatience la visite du couple Obama. Mais au lendemain d’une soirée dansante au château, un pianiste russe est découvert pendu dans le placard de sa chambre, quasiment nu. Shocking ! Quel scandale si la presse l’apprenait !
Lorsque les enquêteurs commencent à soupçonner son fidèle personnel d’être impliqué dans cette sordide affaire, Sa Majesté, persuadée qu’ils font fausse route, décide de prendre les choses en main. Mais être reine a ses inconvénients, et notamment celui de ne pas passer inaperçue. C’est donc Rozie Oshodi, sa secrétaire particulière adjointe, une brillante jeune femme d’origine nigériane, qui va l’aider à démêler ce sac de nœuds en toute discrétion… God save the Queen du cosy crime !

 

Lorsque j'ai reçu ce livre pour un masse critique spécial cosy mystery, je me suis jetée  sur l'annonce avec enthousiasme. 
En effet, comment passer à côté d'un policier qui met en scène notre chère vieille dame britannique ? 

Amatrice d'histoire anglaise et de série TV, j'ai redécouvert les us et coutumes de la monarchie anglaise dernièrement avec la série "The crown". La famille royale est à l' honneur ces derniers temps, pour des sujets passionnels et souvent conflictuels, cela réhabilitera peut-être cette grande dame au caractère bien trempé. 
D'ailleurs, dans le principe, voir cette vieille dame avec sa loupe rasant les murs de Windsor pouvait avoir beaucoup de charme, mais le fait qu'elle soit quand-même très âgée m'a un peu dérangé. Et j'avais constamment le minois d'Olivia Colman en visu quand on parlait de la reine. C est donc avec l' image de sa doublure télévisuelle que j'ai lu ce roman.

L'autrice ne s'est pas laissée aller à des facilités, elle a parfaitement tenu compte du protocole et connaissant les exigences de la royauté, elle va donner un rôle secondaire à la reine. Celle-ci va se contenter de superviser son enquête, envoyant en première ligne sa nouvelle secrétaire Rosie Oshodi. Elle sera la réelle investigatrice de cette histoire, entourée d'une galerie de personnages assez cocasses et caricaturaux, certains faisant partis de l' entourage proche de la reine mère.

Je reste muette sur l'intrigue pour vous laisser le plaisir de la découvrir, elle est bien menée avec une entrée en matière assez rapide. On rentre dans le vif du sujet. On ne s ennuie pas, même si on est loin d'un rythme endiablé. Les pistes de perdent un peu et tout cela peut paraître un peu alambiqué, mais au final, tout s explique clairement, et on comprend les diversions ! 

Les autorités en place, MI5 et police, qui de leur côté, analysent l'affaire, la montent un peu trop en épingle prétextant là, une intervention de Poutine et de Moscou, comme c'est simpliste de leur part et pas du tout démontré ! L auteur semble se moquer un peu du système anglais, tout comme elle n'hésite pas à traiter de meurtrier le dirigeant moscovite, elle porte des accusations graves sous couvert de la comédie... Espérons que Poutine aura assez d humour pour apprécier !
Enfin, c'est un plaisir de retrouver les "Obama", et les fêtes luxueuses et princières à Windsor ! Des descriptions sommaires mais qui installent bien l'ambiance, et nous rappelle le caractère magique de la royauté.

Cette aventure nous rend la reine sympathique et perspicace, on croirait la voir se transformer en miss Marple. J'ai eu plus de mal à m'attacher au personnage de Rosie, qui ne démérite pas pourtant, mais je préférais retrouver la reine au commande !

Je finirai par une note sur les dialogues croustillants entre Elizabeth et Philip ! Ce couple détonnant qui fonctionne à merveille et qui est pour moi, un grand atout de ce roman, comment l' auteur va t elle gérer la perte de ce grand monsieur ! Il faudra attendre la suite pour le savoir ! 
Et, dernière chose, il faut saluer ce magnifique objet de lecture avec sa couverture en verni 3D, et ses rabats imprimés de couronne ! C est "so cute !" . Ce roman a sa place à présent parmi toute une série de cosy mystery très en vogue en ce moment pour notre plus grand plaisir de détectives en herbe !

 

Un grand merci à Babelio et aux presses de la cité


lundi 22 février 2021

La saga Gabriel Joly - le loups des cordeliers et le mystère de la main rouge - Henri Loevenbruck

 

Présentation de l'éditeur - Pocket - Policier historique

Mai 1789, un vent de révolte souffle sur Paris.
Gabriel Joly, jeune provincial ambitieux, monte à la capitale où il rêve de devenir le plus grand journaliste de son temps. un enquêteur déterminé à faire la lumière sur les mystères de cette période tourmentée.
Son premier défi : démasquer le Loup des Cordeliers, cet étrange justicier qui tient un loup en laisse et, la nuit, commet de sanglants assassinats pour protéger des femmes dans les rues de Paris...
Les investigations de Gabriel Joly le conduisent alors sur la route des grands acteurs de la Révolution qui commence : Danton, Desmoulins, Mirabeau, Robespierre, personnages dont on découvre l'ambition, le caractère, les plans secrets.
Alors que, le 14 juillet, un homme s'échappe discrètement de la Bastille, Gabriel Joly va-t-il découvrir l'identité véritable du Loup des Cordeliers, et mettre au jour l'un des plus grands complots de la Révolution française ?


 Toujours très intriguée par les livres de cet auteur, je suis devenue assez fan au fil des années et j'aime retrouver son écriture simple et envoûtante. Les sujets soigneusement choisis nous emportent à chaque fois dans des univers très différents et son intérêt pour la grande Histoire nous propose des moments vraiment passionnants. 

Ici, nous sommes à la veille de la révolution française et j'ai particulièrement aimé le cadre historique parfaitement décrypté et retransmis avec soin. J'aime beaucoup le Paris de cette époque, mystérieux et un peu glauque !  et le passage de la prise de la Bastille est tellement réaliste ! c'était palpitant, j'étais sur les barricades !
Les histoires de complot et les rebondissements politiques sont semées tout au long de l'histoire, ils rythment l'intrigue, au demeurant plutôt simple à mon goût, j'avais deviné très tôt qui était ce loup vengeur ...  mais, j'aurai peut être aimé un peu plus de mystères autour de ce personnage et dans l'environnement général, car nous perdons souvent cette intrigue de vue, au profit de la vie quotidienne des parisiens et de la marche vers la Révolution.  

Dans ce tome 1, autant j'ai aimé cette incursion de la grande histoire dans la vie de Gabriel Joly,  autant j'ai trouvé que dans le tome 2, on y était encore plus immergés, et je me suis perdue en route oubliant parfois derrière quoi je courais, enfin ...  plutôt nos protagonistes !... je n'ai pas voyagé de la même façon par la suite. L'ennui m'a effleuré, les personnages historiques ayant repris trop de pouvoir ... (c'est un comble ! ). Je suis passée à côté de ce tome, cherchant trop l'aventure et le mystère à coup sûr !  Mais les personnages sont attachants et l'écriture de l'auteur savoureuse, je verrai par la suite si je replonge dans les futures pérégrinations de ce sympathique et enjoué Gabriel ! 

 

Présentation de l'éditeur - XO - Policier historique
Juillet 1789.

La Bastille vient de tomber. Danton, Desmoulins et Robespierre entrent dans l'Histoire. Au milieu du tumulte, le jeune et brillant journaliste Gabriel Joly a découvert l'identité du Loup des Cordeliers, ce mystérieux justicier qui hante, la nuit, les rues de Paris. Mais alors qu'il est sur le point de le confondre, voilà que celui-ci disparaît !

La course-poursuite s'engage, menant Gabriel jusque dans les maquis de l'île de Corse, sur les traces de la Main rouge, étrange société secrète dont les membres tentent d'influer sur la Révolution en cours.

Accompagné du pirate Récif et de l'intrépide Théroigne de Méricourt, Gabriel parviendra-t-il à retrouver le Loup des Cordeliers et à découvrir ses plus noirs secrets ? Entre complots et trahisons, il devra faire usage de sa plus grande sagacité pour résoudre l'énigme de la Main rouge.

vendredi 5 février 2021

La malédiction de Port-Royal - Anne Claire Valongo

Présentation de l'éditeur ( Salvator) - Policier historique
 
C'est dans les rayons d'une bibliothèque au Luxembourg que Louise, doctorante en histoire, met la main sur la copie d'une lettre mystérieuse écrite par Angélique Arnaud, abbesse de Port-Royal. Celle-ci aurait consenti à signer en 1661 le formulaire condamnant les écrits de Jansénius sur la grâce. Or, les religieuses et leurs amis jansénistes ont toujours refusé de se plier à la volonté de Louis XIV en acceptant ce texte. 

S'agit-il d'un faux ? Quelle est donc cette malédiction qui plane sur cette abbaye de Port-Royal que le Roi-Soleil finira par faire raser ? Avec la pugnacité des chercheurs, Louise se lance dans une passionnante enquête où s'entremêlent histoire, littérature et religion. De l'abbaye d'Orval à la maison des jésuites de Luxembourg, de bibliothèques en églises, ce sont autant de rencontres inattendues et truculentes. La jeune doctorante croise ainsi les figures de Madame de Maintenon, du père de La Chaize et de Jean Racine, mais aussi celles d'un militant du transhumanisme, de buveurs de bière invétérés et de pratiquants d'arts martiaux.

Merci aux éditions SALVATOR et à Babelio pour la réception de ce roman !
 
 
Un roman qui me permet de découvrir une auteure peu connue et cette dame sait de quoi elle parle puisque les informations données en 4ème de couverture nous présente une historienne, doublée d'une archiviste, travaillant elle-même dans les différents lieux où voyagent les protagonistes de l'histoire.

Et de l'Histoire ... nous en avons, il semble même que la grande Histoire soit exploitée à fond et serve de prétexte à une enquête plus tournée vers le documentaire historique que le roman policier comme nous le connaissons plus habituellement.
En effet, malgré un meurtre, l'enquête reste liée à l'histoire, et l'auteur aura pris soin de mêler des lettres d'époque pour appuyer les faits réels, c'est très bien maitrisé à ce niveau. On sent l'auteure derrière Louise et toute sa passion pour son métier et cette époque.

J'avoue que ce livre m'a permis de bien remettre à jour mes connaissances sur la rivalité entre jésuites et jansénistes, et le rôle de la religion dans la concertation politique de l'époque. C'est édifiant mais pas si surprenant quand on connait un peu cette période.

Néanmoins des petits bémols ... On s'éloigne beaucoup du drame qui ouvre le roman pour partir sur d'autres pistes que l'on survole. L'ensemble est un peu rapide dans son déroulement et dans la résolution de l'affaire, le contenu érudit reste malgré tout superficiel, et les parties les plus rythmés manquent de suspens à mon goût, tout se déroule de façon assez monocorde. On aurait aimé que son éminent professeur se penche plus avec elle sur l'enquête dont il se détache rapidement au profit de son neveu.
L'espèce de triangle amoureux qui se dessine entre Charles, Louise et l'agent de sécurité fonctionne assez "bizarrement", on ne sait pas trop ce que chacun attend de l'autre, et ce trio n'apporte rien de plus à l'enquête. Tout comme ces séances de techniques de combats qui ne méritaient peut être pas autant de développement...

Je soupçonne que c'est un premier roman grand public, il en a quelques petites imperfections, même si le contenu est extrêmement intéressant et qualitatif. Une lecture qui reste agréable et qui lie sans prétention mais avec de belles connaissances la grande à la petite histoire.





 

L’abbaye de Port-Royal de Paris a été fondée au XVIe siècle pour décongestionner l'abbaye de Port-Royal des Champs.(ci dessous). Elle a été fermée en 1790. 

Le bâtiment est inscrit comme monument historique français depuis 1928. 

 





Je vous conseille le site du musée qui est intéressant pour en savoir un peu plus sur l'historique de ce bâtiment avant sa destruction - @ http://www.port-royal-des-champs.eu/histoire.html



 

mercredi 27 janvier 2021

Le chant du Rossignol - Kristin Hannah et Et ils oublieront la colère d'Elsa Marpeau

LES AFFRES DE LA GUERRE ...


Je vous présente deux lectures percutantes et historiques, qui m'ont fait vibrer. Elles débordent de sentiments contradictoires, de malaises, de joies et de pleurs.

Ces deux romans sont axés sur une période de la seconde guerre mondiale qui ont "dérangés" certains français, cela touche la trahison, la dénonciation et la violence entre civils ... Une vilaine page de l'histoire de France.




Présentation de l'éditeur (le livre de poche) - Histoires de vie
Traduction : Matthieu Farcot

 
France, 1939. Dans le village de Carriveau dans la Loire, Vianne Mauriac fait ses adieux à son mari qui part au front et se retrouve seule avec sa fille. Elle ne peut imaginer que les nazis vont envahir le pays. Pourtant, lorsqu'un capitaine allemand réquisitionne sa maison, elle est forcée d'accueillir un officier sous son toit. Et fait le choix de protéger sa fille avant la liberté de son pays... Sa sœur Isabelle, 18 ans, a passé son enfance dans des pensionnats depuis la mort de leur mère, et son père décide de l'envoyer vivre avec Vianne. Mais son tempérament rebelle met en danger leurs vies à toutes. Isabelle décide donc de partir vivre à Paris, le jour de l'entrée des Allemands dans la ville. Impétueuse et pleine d'idéaux, elle s'engage très vite dans la Résistance sous le nom de code " Le Rossignol " et fait régulièrement passer des aviateurs anglais en Espagne. Deux sœurs, deux destins et deux façons de survivre à la guerre et à l'envahisseur. Un grand roman sur l'amour, la liberté, les idéaux et sur le rôle des femmes pendant la guerre.


 
Quel excellent roman que je tenais depuis longtemps dans ma pal sans jamais avoir eu grande envie de le sortir. Et pourtant ! une fois fait, il fut englouti comme une vague, recouvrant sur son passage mes yeux de larmes et d'incompréhension parfois.
 
On va suivre Vianne et Isabelle, 2 soeurs tourmentées dans leur vie quotidienne voyageant entre Paris, La Loire et l'Espagne....  Des tempéraments différents, des âmes fortes qui vont vous donner beaucoup d'émotions. Elles vont aborder la guerre chacune à leur façon, faisant preuve de courage et de détermination au delà du possible. Deux destins de femmes assez incroyables qui rendent un bel hommage aux résistants,  aux soldats qui consacrent ici leurs vies à en sauver plutôt qu'à en tuer.

Je n'ai pas pu m'empêcher de penser au "silence de la mer" de Vercors. Un témoignage simple et émouvant de ce qu'on peut ressentir en essayant de survivre ou de vivre près de son oppresseur, il faut bien souvent mettre sa dignité de côté, et subir les foudres des autres. Le phénomène s'amplifiant comme on le voit, dans les petits bourgades de province. Exemplaire et donnant de belles leçons de vie, ce roman nous permet d'apprécier les différents points de vue et de se questionner sur nos propres choix devant de telles situations... A découvrir si ce n'est déjà fait ! 
 

Présentation de l'éditeur ( livre de poche) - Histoires & Histoires de vies
 
Été 1944. Une femme court dans la campagne icaunaise. Elle cherche à échapper à la foule qui veut la tondre. Été 2015. Un homme a été tué près d'un lac. La gendarme chargée de l'enquête soupçonne que son meurtre est lié à une tonte, qui a eu lieu soixante-dix ans plus tôt. Entre aujourdhui et hier, les destins s'entremêlent mais les protagonistes ne s'en souviennent plus ? 
Ils ont oublié la colère, les jours de liesse et la cruauté des vaincus contre ceux de leur camp, lors de la Libération. L'enquête va exhumer ce passé dont plus personne ne veut se rappeler.
 
 
 
Lu dans le cadre du comité polar de ma médiathèque, j'ai suivi avec beaucoup d'intérêt ce roman qui pointe du doigt des moments fascinants de la seconde guerre mondiale où la violence humaine se déchaîne. Mais pire que tout, une violence de guerre civile qui punit les rebelles et les traites à l'aube de la libération. Eté 44, les habitants d'un village font le nécessaire pour punir leurs traitres et marquer au fer rouge ceux ou celles qui "dérangent" leurs petites vies bien rangées de bons "français" collaborateur du régime de Vichy.
 
Il est question ici des punitions infligées aux femmes ayant eu des rapports sexuels, consentis ou non, avec des allemands. Le constat est édifiant, les villageois se défoulent et se vengent sur ces femmes comme un ultime échappatoire à leur douleur, un genre d'expiation ... Dans ce chaos, l'histoire d'une jeune femme devient sordide, on est parfois à la limite de l'envie de vomir ... Au delà du côté historique, l'enquête policière nous balade entre le passé et le présent et elle est très intéressante à suivre.

Le style est assez percutant, et l'auteur peu connue à mes yeux, tient une place de choix sur le petit écran, elle est à l'origine de la série "Capitaine Marleau" aux côté de Josée Dayan et scénaristes sur de très bonnes séries télévisées comme Meurtres à l'Elysée, au Louvre ou encore à la Tour Eiffel, ou encore la série avec la légiste Alexandra Ehle, en ce moment sur le petit écran.... A découvrir donc !

mercredi 20 janvier 2021

Le cri - Nicolas Beuglet

Présentation de l'éditeur (Pocket) - (Policier-Thriller)

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l’aube d’une nuit glaciale, le corps d’un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre…

Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l’hôpital semble si peu à l’aise avec l’identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?
 
Pour Sarah, c’est le début d’une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l’île de l’Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.

Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d’un journaliste d’investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l’une des questions qui hante chacun d’entre nous : la vie après la mort…
Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultrasecrets, pourrait bien affoler plus encore que la question !

 

Quel bon roman ! j'avoue que j'ai pris beaucoup de plaisir à suivre cette histoire et à partager l'univers de ces personnages.
On entre tout de suite dans le vif de l'action, et l'accroche est vraiment intrigante. On a envie de savoir ce qui se cache derrière l'énigmatique patient 488. En effet, nous sommes à l'hôpital Gaustad à Oslo en Norvège. Ce fameux patient se serait suicidé... il présente une marque gravé sur le front : 488 et les conclusions du légiste sont formelles, il est mort de peur ! ... Rien de tel pour activer la machine à frissons et se plonger au coeur de ce pays balayé par un temps épouvantable ce qui rajoute à l'atmosphère oppressante de cet hôpital glauque. 

Un vrai régal de lecture, tous les ingrédients sont là !  ! Des intrigues qui voudraient nous faire découvrir les parties inconnues de notre cerveau, et de notre conscience collective. Une vision de l'humanité différente, des théories scientifiques qui font froid dans le dos, la vie après la mort ... Bref, des questions un peu existentielles avec quelques portes qui s' ouvrent pour la réflexion personnelle ! 

 A cela s'ajoute un compte à rebours qui met en danger la vie d'un enfant et nous font basculer dans le monde de l'espionnage ! ... Un beau cocktail ! De quoi passer une nuit blanche, mais ... j'émets tout de même un petit hic ! car au delà de la sportivité et de la combativité de nos deux protagonistes, il serait bon de leur accorder un peu de repos ... Là, j'avoue qu'ils sont trop en "mode warrior" ! et ça finit par peser un peu sur la crédibilité de l'histoire. On sent le scénariste qui sait bien amusé, mais on finit quand même par se demander combien de temps va durer le chantage qui occasionne une surenchère de rebondissements ... C'est sans doute la seule chose qui me fait passer à coté du gros coup de coeur.

Le personnage fort de Sarah Geringën est attachant, elle se jette à corps perdu dans son travail, elle y trouve un palliatif à son existence un peu miséreuse à ce moment. Elle va tomber sur un "os" et un engrenage pervers. Aidé d'un journaliste atypique, lui aussi massacré par la vie, ils vont tout donner pour résoudre l'enquête et l'enlèvement ... un duo choc qui ne ménagent pas les émotions et qui s'activent les méninges...

Une grande maitrise du suspens qui rend ce livre passionnant. En toile de fond, il fait référence à l'histoire véridique du fameux projet MK ultra, secret et illégal, J'ai appris ainsi beaucoup de choses qui glacent le sang, notamment que de 1953 à 1973,
la CIA a consacré des sommes faramineuses à des expériences terribles, le plus souvent à l'insu des participants, visant à élaborer des méthodes permettant un contrôle mental total, en leur administrant des drogues, électrochocs, torture, privation de sommeil, comas artificiels, exposition à des messages répétitifs... Bref de quoi les rendre zinzins ... Il y a des articles intéressants sur le Web à ce sujet, je vous recommande d'y jeter un oeil si ça vous intéresse, c'est édifiant !

Je finirai cet avis en citant "Le cri" de Munch ! car on ne peut s'empêcher d'y faire allusion quand on lit le titre de ce roman et ce tableau aurait tout à fait pu servir de couverture à cette histoire diabolique, symbolisant l'homme moderne emporté par une crise d'angoisse .... A découvrir !

La suite est déjà sur la pile de livres à lire :





mardi 29 décembre 2020

Les sept soeurs Tome 1 Maia - Lucinda Riley


Présentation de l'éditeur (le livre de poche) -
Traduction : Fabienne Duvigneau

 
À la mort de leur père, énigmatique milliardaire qui les a adoptées aux quatre coins du monde lorsqu'elles étaient bébés, Maia d'Aplièse et ses soeurs se retrouvent dans la maison de leur enfance, Atlantis, un magnifique château sur les bords du lac de Genève.

Pour héritage, elles reçoivent chacune un mystérieux indice qui leur permettra peut-être de percer le secret de leurs origines. La piste de Maia la conduit au-delà des océans, dans un manoir en ruines sur les collines de Rio de Janeiro, au Brésil. C'est là que son histoire a commencé… Secrets enfouis et destins brisés : ce que Maia découvre va bouleverser sa vie.



Extrêmement frais et léger, j'ai adoré le premier tome de cette saga familiale. Chaque tome de la série met en scène une des soeurs adoptées qui compose une famille originale et de tous horizons. 
 
Un père qui disparait dans d'étranges circonstances et laisse beaucoup d'ombre et de questions dès le début de l'histoire. Il lègue un mystérieux héritage à ces filles, celui de découvrir leurs propres origines. L'idée de départ va nous permettre de voyager à travers le monde et c'est le signe d'un dépaysement total et d'un bon suspens.
 
Dans ce premier tome, nous sommes au Brésil sur les traces des ancêtres de Maïa. J'ai découvert l'histoire de la construction du Christ Rédempteur sur le Corcovado dans les années 30, et au delà de la romance qui illumine le récit, la vraie histoire donne de l'ampleur et immortalise cet événement. L'auteure a fait un travail de fourmi en usant de vrais détails historiques qu'elle a distillé tout au long du récit, elle nous promène entre les faubourgs de Montmartre, les grands boulevards parisiens et Rio !  Magique !
Elle a choisit une période exaltante, l'entre deux guerres riche dans le domaine de l'art et de la culture, on voit aussi l'évolution de la femme et des moeurs... Bref, un tour de table assez complet qui nous permet de tremper parfaitement dans le roman et l'époque.
 
Ce côté très agréable dans la lecture, n'empêche pas certains passages d'être assez irréalistes, farfelus, prévisibles et sans doute un poil trop "fleur bleue" par moment ! Et pourtant, j'ai hâte de lire ce que Lucinda Riley nous réserve pour les autres sœurs... approfondir les secrets qui entourent le père et sa mort qui me semble suspecte... et de nous faire rêver et voyager à travers de belles romances.



... En ce moment, je suis dans le tome 2 et j'approche de la fin. 
J'avoue être un peu moins emballée que par le premier, il y a une partie assez longue au début qui est une redite des premiers chapitres du premier tome. L'auteur recale de nouveau le fil conducteur des intrigues.

Je reste néanmoins très captivée par cette nouvelle histoire qui nous emmène en Norvège dans le milieu musical. La romance est toujours de mise et la conception des histoires semble un peu redondante avec un cheminement ressemblant. On verra si cela se confirme dans les tomes suivants.

Et vous ? connaissez vous cette saga ? qu'en pensez vous ?






Le Christ Rédempteur est une statue monumentale située à Rio-de-Janeiro, au Brésil. Elle est le symbole de la ville et, au-delà de ça, du Brésil entier. C'est également un symbole du christianisme parmi les plus importants du Monde.



Établie au cœur du parc national de la forêt de Tijuca, à une altitude de 710 mètres, la statue mesure 38 mètres de haut (dont 30 pour le Christ et 8 pour le piédestal, qui occupe une aire de 100 m2). Sa masse est de 1 145 tonnes, la masse approximative de la tête est de 30 tonnes et celle de chaque main de 8 tonnes. La tête mesure 3,75 m, chaque main 3,20 m, la largeur de la tunique est de 8,50 m. L'envergure entre les deux mains est de 28 mètres.


La construction a commencé en 1926 et s'est terminée en 1931. Elle a duré 5 ans.

La vue qu'offre le site exerça une fascination sur les premiers colons portugais, qui le baptisèrent mont Pináculo da Tentação (Pinacle de la Tentation) au XVIe siècle, avant de le rebaptiser Corcovado (« Bossu » en portugais) un siècle plus tard. La route qui mène à son sommet est construite en 1824. La ligne de chemin de fer du Corcovado, au départ de la gare de Cosme Velho, est quant à elle inaugurée le 9 octobre 1884 par l'empereur Pierre II du Brésil. Longue de 3 824 mètres, elle est la première du pays à être construite à des fins exclusivement touristiques. Le train, plus ancien que la statue elle-même, transportera pendant les cinq années de travaux les pièces nécessaires à sa construction.

L'idée de construire un monument religieux au sommet du Corcovado est suggérée une première fois en 1859 par le père lazariste Pedro Maria Boss. À son arrivée à Rio, il est séduit par l'endroit et demande à la princesse héritière Isabelle du Brésil de lui octroyer les moyens nécessaires à la mise en œuvre de son projet, mais son dessein, bien qu'en accord avec la monarchie d'alors, reste sans suite.

Il faudra attendre 1921 pour que l'idée soit reprise, dans le cadre des commémorations du centenaire de l'Indépendance du Brésil l'année suivante.

Le projet sélectionné en 1923 après concours est celui de l'ingénieur brésilien Heitor da Silva Costa. Il se rend en Europe afin d'exécuter la maquette définitive et d'étudier les problèmes liés à la construction. Il y rencontre le sculpteur français Paul Landowski, d'origine polonaise par son père, à qui il confie la réalisation du projet. Entre-temps, une campagne de collecte de fonds est menée, essentiellement auprès de donateurs catholiques, mais les dons tardent à arriver. 



Aujourd'hui le Christ de Rio, ou le Corcovado comme on l'appelle plus fréquemment, est un monument très visité, il est parmi les monuments les plus visités du Brésil. Le Christ rédempteur de Rio tient la 3e place des 7 nouvelles merveilles du monde.