lundi 7 juillet 2014

La dernière conquête du major Petitgrew - Helen Simonson

Présentation de l'éditeur (NIL) - Histoires de vie - Romans
Traduction : Johan-Frédérik Hel-Guedj

À Edgecombe St. Mary, en plein coeur de la campagne anglaise, une tasse de thé délicatement infusé est un rituel auquel, à l’heure dite, le major Ernest Pettigrew ne saurait déroger pas plus qu’à son sens du devoir et à son extrême courtoisie, aussi désuète que touchante, qui font de lui l’archétype même du gentleman anglais : raffiné, sarcastique et irréprochable. Dans ce petit village pittoresque où les cottages le disputent aux clématites, le major a depuis trop longtemps délaissé son jardin. Désormais veuf, il a pour seule compagnie ses livres, ses chers Kipling, et quelques amis du club de golf fuyant leurs dames patronnesses. Ce n’est guère son fils, Roger, un jeune londonien ambitieux, qui pourrait le combler de tendresse. Mais, le jour où le major apprend le décès de son frère Bertie, la présence douce et gracieuse de Mme Ali, veuve elle aussi, va réveiller son coeur engourdi. Tout devrait les séparer, elle, la petite commerçante d’origine pakistanaise, et lui, le major anglais élevé dans le plus pur esprit britannique. Pourtant leur passion pour la littérature et la douleur partagée du deuil sauront les réunir. Ils vont, dès lors, être confrontés aux préjugés mesquins des villageois, où le racisme ordinaire sévit tout autant dans les soirées privées, sur le parcours de golf, à la chasse, sur les bancs de messe que dans les douillets intérieurs. Et les obstacles seront pour eux d’autant plus nombreux que leurs familles s’en mêlent : Roger s’installe dans un cottage voisin avec Sandy, sa petite amie américaine, et le neveu de Mme Ali, musulman très strict rentré du Pakistan, se découvre un enfant caché…

Quel charmant livre, cela me change bien des derniers thrillers que j'ai lu, je ne savais pas tellement à quoi m'attendre, mais l'odeur du thé, et des petits gâteaux n'ont pas mis longtemps à me donner le ton très bristish de cette belle romance. 

Moi qui n'aime pas le thé, j'ai eu l'impression d'en avoir bu pendant tout le temps de ma lecture… 

L'auteur nous propose une galerie de personnages assez fouillée qui composent le petit monde cosmopolite d'Edgecombe ste Marie, et derrière la petite vie paisible de nos protagonistes, il y a en fait une deuxième vie, couche plus sournoise, emprunte de méchanceté, bref une vraie petite bourgade comme on les connait…une façade de monotonie qui cache un chaudron de médisance … 

La major Ernest Petitgrew, retraité du régiment du Royal Sussex, 70 ans bien tassé, aurait toutes les caractéristiques du vieil "emmerdeur, n'ayons pas peur des mots, mais il s'avère que le bonhomme devient très attachant, il est en fait un bon vieux gentleman très à cheval sur les principes et fidèles à ses traditions et à une certaine classe.
Quand il perd sa femme, son coeur se referme comme une huître et la perte toute récente de son frère Bertie finit de lui ôter ses derniers espoirs, c'est alors qu'au plus bas de son chagrin, il se passe quelque chose en lui, et cet instinct de survie va lui redonner le gout de vivre et son coeur va être attirée par la douceur de Jasmina Ali, une veuve d’origine pakistanaise âgée d’une cinquantaine d’années qui tient le magasin général du village, et avec qui il partage une passion pour Kipling. C'est une femme souriante, radieuse et douce, comment ne pas succomber quand on a le coeur lourd et solitaire ? Ils vont se rapprocher au rythme de petites aventures villageoises, et nos "jeunes" tourtereaux vont vivre une histoire romanesque avec des tourments, des séparations, des retrouvailles, des obstacles à leur amour … bref, leur grand âge ne les ménage pas et les ficelles qui renforcent l'amour sont les mêmes que l'on soit jeune ou vieux… Il reste qu'ici, leur timidité les rend touchants et nous succombons à leur charme. 

Un roman bien écrit, une plume simple mais l'auteur analyse finement les caractères et les comportements humains, et j'ai pensé un peu à "Place à prendre" de JK. Rowling" sur la partie : étude et analyse de notre société … 
A travers ces différents portraits, plusieurs sujets sont abordés toujours avec délicatesse et sans excès, notamment la religion, et son manque de tolérance, ce que l'on ressent bien avec la famille pakistanaise de Abdul Walhid, un regard percutant de l'auteur mais jamais blessant, l'intolérance dépassera aussi le cadre de la religion,pour rappeler qu'elle est présente aussi dans la vie quotidienne des habitants du bourg.
Une bonne analyse aussi des rapports conflictuels entre les générations, rendant tour à tour le fils de Petitgrew et le neveu de Mme Ali, agaçant ou attentionné, ce qui donne des dialogues assez savoureux.

On suivra le major à travers toutes sortes de sentiments, et on aimera ces répliques parfois naïves, parfois cinglantes, empreinte d'ironie, mais qui font mouche à chaque fois pour déclencher un petit sourire chez le lecteur (la panoplie d'artifices déployée pour récupérer ses fusils de chasse est assez édifiante ..).

Voilà, ce livre est un joli brin de fantaisie dans mes lectures habituelles, une petite sucrerie ravissante sans tambour, ni intrigue stressante, juste une romance en demi-teinte, très édulcorée dans un bel écrin anglais. Tout pour passer un bon moment !


19 commentaires:

  1. coucou
    je l'avais trouvé aussi très rafraîchissant et très agréable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour cassie, et merci de ton passage, c'est une lecture agréable sans prise de tête et qui déclenche de beaux sourires !

      Supprimer
  2. J'avais été très charmée par ce joli roman que j'ai lu en fin d'année dernière. Je suis ravie qu'il t'ait plu même si on sent que ce n'est pas ta tasse de thé (hahaha ! :D) habituelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente de te retrouver sur ce titre, nous qui sommes plutôt versées dans les thrillers et les livres d'actions, je trouve que c'est une pause tendresse ben sympathique ! Je suis plutôt café :D ! bises

      Supprimer
  3. je l'ai bien aimé aussi, je me suis régalée à sa lecture ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Choco, j'avais lu ta chronique alors... et j'avais noté ce titre ! Je ne suis pas déçue du tout, j'ai passé un bon moment !

      Supprimer
  4. Cela correspond plus ou moins aux livres que je pense lire entre 2 romans policiers, pour se plonger dans une autre atmosphère.
    Merci pour cette découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien Katleen, je l'ai lu dans la même optique !

      Supprimer
  5. c'est bien quand on est pas déçue par un livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement, c'est très très rare que je sois complètement déçue ! Ce n'est pas le cas de ce livre qui est très plaisant !

      Supprimer
  6. Ah, voila exactement le genre de livres que j'ai envie de lire en ce moment. Allez, hop, je note. Surtoutvque tu le rapproche d'une place a prendre..

    Biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est le tableau assez caustique d'une petite ville de campagne ! Très grinçant par moment ! A savourer ! ;)

      Supprimer
  7. Voilà une charmante lecture dont ton billet est très tentant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Stephanie ! un petit bonbon mais bien acidulé par moment !

      Supprimer
  8. Tu sais à quel personnage j'ai pensé en lisant ton avis? Ove. Tu ne trouves pas qu'il a quelques traits de caractère proche d'Ove ton major Petitgrew? Et puis Parvaneh dans La vie selon Ove est iranienne et dans ton roman, il y a une femme pakistanaise. Bon, ça doit s'arrêter là pour les "similarités".
    Je crois que je pourrais m'attacher à tout ce petit monde et aimer cette histoire moi aussi!
    Merci Licorne pour cette idée de lecture :) bisou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Ove... je ne l'ai pas lu encore, c'est ma moitié qui l' a dévoré ! Mais je compte bien m'y atteler dans l'été...Ta rermarque ne m'étonne pas du tout, c'est un peu comme ça que je le voyais cet OVE, et tu as raison cela fait pas mal de similitude ! je t'en reparlerai dès la lecture faite. Bises C'era, merci de ton passage par là !

      Supprimer
  9. Je ne connaissais pas du tout ! Ce livre a l'air très intéressant. En tout cas, tu donnes envie de le lire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nelcie, un bon petit moment de lecture, je ne savais pas trop à quoi m'attendre, et finalement j'ai beaucoup apprécié !

      Supprimer
  10. Ah, je le note alors! Ne plus moi, j'aime le thé!!! Bisous

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires ...