lundi 18 mai 2015

Le château d'Eppstein - Alexandre Dumas

Présentation de l'éditeur ( le cabinet noir) - Fantastique

Dans cet impressionnant roman gothique, vous allez rencontrer : un adolescent oublié dans un sombre château au milieu d'une forêt allemande qui étouffe l'écho des guerres napoléoniennes ; une mère incomprise de son époux et qui, par-delà la mort, continue à guider son fils et à veiller sur sa solitude ; un père intrigant et haineux qu'on retrouve mort près de la sépulture de sa femme, la gorge prise dans la main d'un squelette qui sort de la tombe...
A lire absolument... Si vous n'avez pas peur du surnaturel.




Quel étonnement de voir que Mr Dumas a plus d'une flèche à son arc, et qu'il teste avec brio une nouvelle sensation littéraire, celle du fantastique, il faut dire qu'à cette époque, le comte Hoffmann ouvre la voie à ce genre littéraire avec ces contes, et le tout Paris en raffole dans les années 1820. C'est aussi l'époque de la naissance de la magie, des séances de spiritisme.. Il n'y a qu'un pas à franchir pour parler fantômes et revenants ! A priori, Dumas a déjà touché ce genre avec "le meneurs de loups" ou "les milles et un fantômes", le château d'Eppstein vient confirmer cet engouement et en est un bel exemple. Ce roman est paru d'abord en feuilleton, ce qui explique les chapitres courts et emprunts de suspens.

Ce roman est surtout en parfaite harmonie avec le ton romantique du moment, ici c'est l'affrontement des forces du bien et du mal, et les vivants luttent contre les souffrances des morts, d'ailleurs les vivants se comportent souvent comme des fantômes dans ce livre, ressassant des questions existentielles et déambulant à travers ce château comme l'ombre d'eux mêmes... Vous aurez compris qu'on touche ici des thèmes chers aux romantiques !

Le grand méchant de ce roman devient vite une sorte de héros de l'histoire et ses frasques quotidiennes alimentent notre attention, un vrai thriller romanesque avec une belle étude du comportement  à " l'ancienne". A travers l'histoire d'une famille, Dumas plante un décor bucolique et mélancolique, et je vous préviens tout ce qui va arriver n'est pas très gai ! dans cet endroit reculé, il dissèque les comportements et nous donne des précisions aussi bien sur l'histoire politique, qu'économique ou encore sociale de l'époque.
Les premières pages sont intrigantes, on y raconte que les comtesses de cette famille vivant au château et  y trépassant le soir de Noël, se voient ensuite porteuse d'une malédiction qui les rappellent à venir hanter les lieux mêmes ou elle sont mortes... bouhouhou !!! ça fait peur et c'est vrai que l'angoisse au début est bien maitrisée, mais je ne vous  cache pas que 250 pages seront largement suffisantes pour le sujet, d'autant qu'un quart y est vraiment consacré, car ensuite il est question de la vie des descendants dans le château et le fantastique s'évapore doucement pour laisser place aux atermoiements et souffrances des occupants du château.

Dumas nous décrit un panel de sentiments exacerbés auxquels nous, contemporains, on a un peu de mal à adhérer, car chacun se voile la face, personne n'ose s'affronter, les non dits s'installent, les discussions entre les protagonistes tournent en rond, des raisonnements alambiqués...Bref, il s'agit d'un autre temps...d'autres moeurs et la lectrice moderne le ressent très bien.

La plume de Dumas est moins aventurière ici, on est loin des 3 mousquetaires, elle est plus poétique, et descriptive des sentiments humains. C'est une belle romance aux teintes" d'amour impossible", ce qui peut finir par énerver, mais c'est aussi le charme de la veine romantique ! Un roman assez court qui se lit quasiment d'une seule traite, et qui finirait par nous faire aimer ses apparitions éphémères de fantômes plutôt bienveillants dans cette histoire.

Un déstockage de pal réussit en ce me concerne, une virée au pays du romantisme qui distille une atmosphère un peu lourde, mais aussi mélancolique et gothique ! A découvrir !





7 commentaires:

  1. Réponses
    1. Le départ surtout est bien mené ! Mais il ne faut pas être d'humeur mélancolique pour lire ce petit roman ..

      Supprimer
  2. Contente que cela t'ai plutôt plu :)
    Tu as même réussi à me donner envie de le lire, pour la 1ère partie du moins ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, finalement un challenge qui me fait sortir des sentiers battus ! C'est plaisant de lire de la littérature classique de temps en temps. A refaire ...

      Supprimer
  3. Encore une idée de lecture que je t'ai empruntée en passant sur ton suivi L@, et que je n'ai pas regrettée ^^ En revanche, je n'ai pas été aussi inspirée que toi pour réussir à en parler, l'envie étant pourtant bien là, mais l'inspiration du moment beaucoup moins ^^ J'ai trouvé que la mélancolie ne faisait pas suffisamment la part belle au fantastique, mais j'ai tout de même passé un bon moment ! Pour voir ce que Dumas a encore dans ses manches en matière de frissons, j'ai l'intention de lire "La dame pâle" prochainement... Merci pour cette belle chronique ! Bises ma Lili :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que j'ai mis beaucoup de temps à me poser pour écrire cette chronique .. Elle est succincte car la mélancolie à elle seule, scande ce roman et le fantastique reste assez nuancé. Je ne connais pas ce titre dont tu parles mais "la dame pâle" inaugure sans doute un genre de fantômes, alors,c'est moi cette fois-ci qui attendrait ton avis pour faire grossir ma monstrueuse pal ! Merci de ton passage Lupa.

      Supprimer

Merci de vos commentaires ...