mercredi 14 septembre 2016

Le livre de Baltimore - Joël Dicker


Présentation de l'éditeur ( Editions de Fallois) - contemporain


Jusqu'au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair. Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l'auteur de La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey. Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d'une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne. Huit ans après le Drame, c'est l'histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu'en février 2012, il quitte l'hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s'atteler à son prochain roman. Au gré des souvenirs de sa jeunesse, Marcus revient sur la vie et le destin des Goldman-de-Baltimore et la fascination qu'il éprouva jadis pour cette famille de l'Amérique huppée, entre les vacances à Miami, la maison de vacances dans les Hamptons et les frasques dans les écoles privées. Mais les années passent et le vernis des Baltimore s'effrite à mesure que le Drame se profile. Jusqu'au jour où tout bascule. Et cette question qui hante Marcus depuis : qu'est-il vraiment arrivé aux Goldman-de-Baltimore ?



Très impressionnée par son premier ouvrage  
" la vérité sur l'affaire Harry Quebert" qui fut assez controversé, j’avais très envie de retenter l’aventure avec celui-ci. D’autant que le héros Marcus Goldman est de retour avec une nouvelle idée d’écriture, après nous avoir parlé de la vie et des péripéties de son ancien professeur dans son premier roman, il choisit ici un thème plus personnel en nous présentant une branche de sa propre famille, ses cousins de Baltimore.

C'est un excellent exercice psychologique auquel l’auteur s’est livré car l’action passe un peu en retrait pour laisse briller les relations humaines. On a donc l’ambiance et les ficelles d’un thriller sans vraiment en avoir le goût ! Il s'agit plus d'une histoire de société, on découvre deux branches de la même famille, la riche « les Goldman de baltimore », la pauvre « les Goldman de Montclair », c’est un peu réducteur, mais c’est pourtant la réalité de leur quotidien, une jalousie insidieuse nait au fil des jours et c’est ce que nous conte Marcus. Un vrai conteur ce Monsieur Dicker, car il nous happe dans cette histoire de famille avec intérêt, même si on ne peut pas vraiment parler d’un récit très original, toute l’affaire étant basée sur des mécanismes connus : jalousie par l’argent, amour inavoué, rancoeur, quiproquos…
L’auteur passe en revue les rassemblements familiaux qui permettent aux plus jeunes des cousins de se retrouver, il y a donc notre narrateur Marcus (le pauvre) et Hillel (le riche) ainsi que Woody, un genre de fils adoptif pour les Goldman de Baltimore, rêveur au coeur tendre il est le frère qu’Hillel souhaiterait, leur amitié sera indéfectible, c’est cela que je retiendrai car c’est ce qui m’a touché le plus. Le parcours de cette histoire tourne beaucoup autour de l’adolescence de ces 3 jeunes garçons que l’on voit évoluer et changer, une vie heureuse qui peu à peu se dégrade, on gratte un verni complexe qui donne de la densité à l’histoire jusqu’au final….Un final qui tarde tout de même à arriver …

En effet, malgré une écriture fluide, j’ai peiné parfois à rester concentrée sur ma lecture, et cela, à cause d’une mise en place de l’intrigue et du contexte un peu lourde et maladroite, des flash-backs incessants finissent par perdre un peu le lecteur et font qu’on a l’impression de tourner un peu trop longtemps en rond ou autour du « pot » pour reprendre une fameuse expression. Cette impression perdure avec l’utilisation trop répétitive de « et je ne me doutais pas que  et si j'avais su que ...… ou encore … c’était avant le drame … c’était après le drame … » Quel drame d’ailleurs ! car on finit par devenir impatient, il faudra attendre les 100 dernières pages avec le quatrième livre pour enfin comprendre le pourquoi du comment ? comprendre comment cette famille qui avait tout pour réussir et qui affichait une image parfaite de la réussite, se retrouve complètement perdue, ruinée, désabusée par de stupides coups du sort, par leur négligence et leur appétence pour l’argent et le pouvoir.

Il en ressort que j’ai passé un bon moment de lecture dans l’ensemble, un peu trop long à mon gout, mais riche d’émotions et de passages intenses. Je conseillerai de commencer par son premier roman qui fut pour moi « un coup d’essai et un coup de maitre », il rendra un peu plus facile cette deuxième lecture qui met en scène le même héros, ce cher Marcus … Va-t il devenir un personnage récurrent ? Affaire à suivre …

Merci à Imagin pour cette lecture commune, son avis ici

55- Les Trois Pignons : lire un livre dont la couverture comporte trois objets identiques - 3 fenetres
 

16 commentaires:

  1. en tous cas tu me donnes envie de lire le premier ! Je l'ai dans ma Pal, y'a plus qu'à ... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une enquête policière qui mène le lecteur par le bout du nez jusqu'à la fin ! J'espère qu'il te plaira !

      Supprimer
  2. Je suis à fond dans le 1er ^^ Et j'aime j'aime j'aime :)

    Quand à ce Livre de Baltimore... il attendra (et longtemps peut-être) que j'ai oublié la forte sensation du 1er, histoire qu'il ne fasse pas trop pâle figure/ne souffre pas de la comparaison (ce qui arrivera quand même!).

    (mais j'y pense si Marcus est présent dans ce second titre, c'est que... ah mais zut, une de mes théories tombe à l'eau... bon j'en ai d'autres sous le coude!)

    Merci de cet avis plaisant :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente que ce premier roman te plaise autant qu'à moi ! ;) En fait J’ai lu le premier il y a un moment déjà, et l’histoire est très différente, je ressens moins de complexité dans la trame de celui ci, moins accrochée par l'histoire,et je pense que cela est du a un parcours un peu alambiqué pour arriver au fameux drame.
      En tous les cas, cela reste agréable à lire dans son ensemble. Bonne fin de lecture avec le premier !
      Ps : mille excuses pour avoir mis des doutes dans tes suppositions ! ;)

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Dans l'ensemble moi aussi, malgré quelques petites difficultés parfois à suivre la chronologie.

      Supprimer
  4. Je n'ai lu qu'un livre de cet auteur et je n'ai pas été très emballée... Du coup, je ne pense pas lire les autres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont des choses qui arrivent, merci de ton passage en tous les cas !

      Supprimer
  5. Comme je te l'ai dit, je l'ai trouvé un peu prévisible, et finalement pas très original, mais Joël Dicker est un magicien des mots qui réussit à nous happer et je l'ai finalement lu très vite et sans m'ennuyer. Sympa, mais j'ai quand même préféré La vérité sur l'affaire Harry Quebert !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'on est dans le même ressenti au final. Et c'est l'affaire Harry Quebert que je garde en mémoire également ! Merci de ce partage ! ;)

      Supprimer
  6. J'ai lu le premier il y a un moment de cela, et j'en garde un bon souvenir !
    Je me rappelle avoir entendu dire que c'est un auteur influencé par l'oeuvre de Philip Roth, c'est d'ailleurs ce qui m'avait poussé à le découvrir à l'époque.
    Peut-être tenterais je celui-ci... Merci Ma Lili :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah!je n'ai jamais lu de Roth ! Je ne peux donc pas juger de son inspiration, mais du coup, il pourrait me plaire ce monsieur, un conseil pour un de ses roman ma lupa ?

      Supprimer
    2. Moi non plus, pas encore, mais je viens d'acquérir "Pastorale américaine" qui a remporté le prix Pulitzer et qui semble être la référence ;-)

      Supprimer
  7. J'ai le 1er dans ma PAL, je note donc de rester sur celui-ci ^^
    Zina

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tiens j'y pense je rajoute notre logo ... ...

      Supprimer

Merci de vos commentaires ...