jeudi 13 novembre 2014

Les âges sombres - Karen Maitland

Présentation de l'éditeur ( Pocket ) Romans historiques - Thriller
Traduction : Pierre Demarty

1321. Les habitants d’Ulewic, une petite cité isolée de l’est de l’Angleterre, sont sous le joug de leur seigneur et de l’Église, celle-ci ayant supplanté, depuis quelques années, le paganisme qui régnait dans la région. Non loin du village s’est installée une petite communauté chrétienne de femmes, des béguines originaires de Belgique. Sous l’autorité de sœur Martha, elles ont jusqu’alors été assez bien tolérées. Mais les choses commencent à changer. Le pays connaît en effet des saisons de plus en plus rigoureuses, les récoltes sont gâchées, les troupeaux dévastés et le besoin d’un bouc émissaire se fait sentir. Neuf hommes du village, dont on ignore l’identité, vont profiter de la tension qui commence à monter pour restaurer un ordre ancien et obscur. Renouant avec de terribles rites païens, usant de la terreur, du meurtre et de la superstition, ils vont s’en prendre aux béguines, qui devront les démasquer et élucider les secrets du village avant que la région ne soit mise à feu et à sang.

J'attendais avec impatience la sortie de son nouveau livre car "la compagnie des menteurs" m'avait véritablement ensorcelé, tant par une écriture fine, précise et juste, que par l'imagerie du moyen-âge qu'elle nous faisait découvrir, étonnant de crédibilité malgré des passages fantastiques ! 

Ma première impression en refermant ce livre, c'est que la magie a beaucoup moins opérée que pour le premier, ce n'est pas son talent de conteuse que je conteste, loin de là, sa plume est magique ! Mais cela tient plutôt à l'histoire, qui défile à la lenteur de la vie dans le village d'Ulewic en Angleterre, et dont l'intrigue principale n'est guère évidente, car nous sommes bien souvent perdus dans les histoires de chacun, subissant le quotidien morose des gens du village. Et s'il y a toute la matière pour faire un bon thriller-fantastico-historique, je pense que le suspens susurré au début, est resté trop en retrait tout au long de l'histoire. 

Un récit scandé par des chapitres courts et qui changent à chaque fois d'interlocuteur, on suit l'histoire avec des points de vue différents, c'est une façon très agréable de lire car on s'aperçoit au fur et à mesure des vrais sentiments de chacun, cette vue nous donne plus d'intimité avec les protagonistes, mais nous restons à leur côté, en vrai spectateur, c'est riche d'enseignement pour comprendre les attitudes de chacun. 

Essayons de replanter le décor succinctement, 1321, un village perdu, gangréné de maladies et de superstitions, et qui coule des jours ... plutôt maussades dans une Angleterre obscure et occulte. Nous avons un cruel seigneur qui sème la terreur et saigne le comté de taxes et de prélèvements en tout genre, un curé qui veille bizarrement sur ses ouailles, finissant de les déplumer et ayant trop à se reprocher pour vivre paisiblement, et enfin l'installation d'un béguinage près du village (vous trouverez quelques explications en dessous de l'article), qui voudrait apporter la lumière, l'aide et le réconfort, mais ces jeunes femmes indépendantes et courageuses se voient traiter pires que des sorcières, car ce qu'on ne connait pas, on le diabolise et à cette époque, le pas est vite franchi. Les béguines attirent donc les mauvais esprits, et un malheur n'arrivant jamais seul, les malédictions sont s'enchainer, vont se déchainer même sur toute la communauté, les hommes parlent de punitions divines et bientôt les cerveaux s'enflamment, des apparitions fantastiques égrènent la terreur, mais la main de l'homme n'est elle pas encore plus diabolique !? 

On notera également que ce livre écrit par une femme, nous sensibilise à la condition féminine de l'époque, pas joli…pas joli d'ailleurs, mais je ne vous apprends rien. Les femmes sont à l'honneur aussi car l'auteur leur donne presque exclusivement la parole à travers le récit, elles sont les héroïnes de ce livre. Certaines prennent les choses en mains, défendent leur cause, d'autres ont l'esprit de sacrifice, de dévouement, elles apportent beaucoup d'émotion dans ce livre avec pour des passages très forts … 

Ce récit profond, irrigue beaucoup de messages, il nous montre un moyen âge glauque, sale et superstitieux dans lequel l'auteur nous entraîne avec toute sa foi, et de la foi, il en est aussi beaucoup question à travers cette histoire ! Certains portraits de femmes, m'ont beaucoup fait penser au livre de Carole Martinez "Du domaine des murmures" d'ailleurs... 
Je vais oublier de vous dire pleins de choses sur ce livre, mais je dois m'arrêter là pour vous laisser découvrir  le charme et les ambiances si particulières qui sont propres au style de cette auteure ! Quelques longueurs à mon sens, et des histoires dans l'histoire, dont certaines sont moins palpitantes que d'autres, mais Karen Maitland a fourni un travail minutieux sur les coutumes de l'époque, et sa plume nous emporte malgré tout !


La petite note culturelle du roman

Le béguinisme se développa en Flandres à la fin XII e siècle. Ces maisons destinées aux veuves et aux filles de bonne famille ne pouvant se marier faute de dot, ni être religieuse, faute de vocation, leur permet de vivre en communauté en menant une vie consacrée à la prière et aux oeuvres de charité. Elles sont soumises à une maîtresse, assistent aux offices en mémoire des fondateurs et des donateurs, travaillent pour leur entretien, ont un logement individuel et un domaine clos. Elles peuvent en sortir mais doivent rentrer à une heure indiquée selon la saison. 

Le mouvement, à mesure qu’il se répandait en Europe occidentale et centrale, donnait lieu à une suspicion d’hérésie et suscita les réserves de l’église, jusqu’à entraîner l’interdiction, lors du concile de Latran en 1215, de toute nouvelle congrégation monastique. Dans quasi toute l’Europe, les béguines n’eurent dès lors d’autre choix que d’entrer dans un ordre reconnu ― chez les cisterciens ou les franciscains.



11 commentaires:

  1. J'adore cette auteure, je te recommande si tu ne l'as pas lu son dernier : La Malédiction du Norfolk :) !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Léa... je crois qu'il sera dans le panier de Noel ! ;)

      Supprimer
  2. Je suis très régulièrement attirée par les romans de cette auteure, et je commencerai certainement par "La compagnie des menteurs" ! A retenir donc, merci Lili :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien Lup ! Je me sens grande tentatrice ! Cet auteure change un peu de l'ordinaire, elle apporte à l'histoire une touche fantastique, mais c'est toujours léger et semble crédible !

      Supprimer
  3. J'aime bien cette auteure. C'est vrai que ce ne sont pas des livres qui se lisent avec frénésie, mais son univers est toujours bien construit et quel travail sur les personnages !
    Et tu sais qu'il peut compter pour le challenge Dames en noir ? ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà erreur réparée, je n'avais pas tilté, tu as raison, première participation, une excellente dame en noir !

      Supprimer
  4. J'aime bien les livres qui se déroulent à cette période . Je note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, j'aime beaucoup le moyen-âge, c'est une période historique qui me parle et elle correspond souvent au décor que je lis en fantasy ! c'est sans doute pour ça que l'attirance est grande !

      Supprimer
  5. Je vais découvrir cette auteure, et ce livre-là, ce mois-ci, lors d'une lecture commune et j'ai hâte ! Je termine mon livre sur Madame de Pompadour et je me lance ! Pour le coup, je vais passer à des sujets totalement opposés ! Mais l'univers de Karen Maitland m'attire beaucoup : j'adore le Moyen Âge et le résumé m'a l'air sympa... ^^ l'histoire a l'air assez sombre mais c'est justement cela qui me plaît... ton avis un peu mitigé ne me donne qu'une envie : découvrir par moi-même l'univers de K. Maitland et me faire ma propre opinion. Je ne manquerai pas de venir te donner mon avis quand je l'aurais lu ! ^^

    RépondreSupprimer
  6. Je serai enchantée d'avoir ton avis car Je sais que l' histoire fait partie intégrante de ta vie. Et tu as bien raison de juger par toi-même. Bonne lecture et merci de ton message.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je rajouterai que ce thème m a particulièrement touché car je ne connaissais pas su tout ce genre de communauté féminine, et j ai toujours appris beaucoup avec cette auteure.j aime beaucoup aussi cette période ;) !

      Supprimer

Merci de vos commentaires ...