mardi 10 mai 2016

Code 93 - Olivier Norek

Présentation de l'éditeur ( pocket) Thriller - policier

Coste est capitaine de police au groupe crime du SDPJ 93. Depuis quinze ans, il a choisi de travailler en banlieue et de naviguer au cœur de la violence banalisée et des crimes gratuits.
Une série de découvertes étranges – un mort qui ouvre les yeux à la morgue, un toxico qui périt par autocombustion – l’incite à penser que son enquête, cette fois-ci, va dépasser le cadre des affaires habituelles du 9-3.
Et les lettres anonymes qui lui sont adressées personnellement vont le guider vers des sphères autrement plus dangereuses…

Écrit par un lieutenant de police, 93 Code zéro se singularise par une authenticité qui doit tout à l’expérience de son auteur ; cette plongée dans un monde où se côtoient aménagement urbain et manipulations criminelles au sein des milieux politiques et financiers nous laisse médusés.



Depuis quelques temps, je suis très attachée à découvrir de nouveaux auteurs de romans policiers, ma dernière sortie littéraire au salon de Montaigu m’a donné l’occasion de rencontrer un écrivain, lieutenant de police qui possède un charisme indéniable, yeux bleu perçant, cheveu court, allure athlétique, et charmant sourire, bel homme vous l’aurez compris, ce qui ne gâche absolument rien  ! 

Le grand intérêt de cette lecture pour moi était de voir comment un véritable policier pouvait nous transmettre ses idées, son ressenti, ses angoisses et sa façon de vivre auprès des crapules et dans une unité d’intervention prête à prendre des risques. Je dois dire que le résultat est surprenant, et l’affaire pleine de messages que cet auteur nous livre, prend du coup beaucoup d'ampleur et révèle des aspects aussi bien politique qu’humain. Un excellent compromis qui m’a permis d’apprécier l’histoire.

L’intrigue est dense et nous amène dans le 93, lieu de prédilection de notre Chef du groupe crime 1 de la SDPJ de Saint-Denis, Victor Coste, un rôle dans lequel je n'ai pas pu m'empêcher de voir Olivier Norek lui-même, et je préfère vous dire qu'à travers son héros, il ne prend pas de gant et nous livre des scènes réalistes sans fioriture et une analyse assez corsée de certaines magouilles politiques. Je tiens quand même à dire que d’autres auteurs, qui n’ont pas son parcours professionnel, ont livrés des romans tout aussi crédibles, c'est donc un "plus" mais pas une obligation d'être dans ce milieu pour bien en parler !


Un livre court, nerveux et vite avalé. Un style simple sans ambage, des chapitres courts qui rendent l'action et l'histoire quasiment en temps réel. On ressent bien sûr le vécu de l’auteur et, dans la bonne ambiance générale du poste de police, j’ai quand même ressenti une espèce de malaise,
on sent leur trouille au ventre ! l'angoisse grandit et les secrets s'effritent, on s'apitoie un peu sur ces flics très humains qui luttent aussi parfois pour rester dans le droit chemin ! Cette émotion sous-jacente nous rend cette équipe de bras cassés très attachante. Ils ne sont pas roses et ils le disent, ils représentent aussi "monsieur tout le monde" avec leurs doutes, leurs incertitudes, mais restent soudés par des liens forts jusqu'à la fin, ils sont sur le même navire, un navire en perdition dans une mer d’HLM et de cités livrées en pâture à quelques hordes de raquetteurs et de caïds. Un vrai cauchemar !

Au final, nous avons donc un très bon policier, incisif dans tous les sens du terme. Certains comprendront mieux la vie des policiers dans des quartiers chauds, ils sont confrontés à beaucoup de violence, verbale et physique, et forment une famille attachante mais déglinguée par le système et les manipulations. J'ai été sous le charme, je vous invite à découvir cet auteur ...




30- L'Entrepreneur de Norwood : lire un livre se passant dans une grande ville, avec beaucoup d'immeubles

En 2016, je compte mes pages avec Kyradieuse
354 pages

13 commentaires:

  1. Réponses
    1. Oui, c'est aussi cette notion que je recherchais chez cet auteur !

      Supprimer
  2. Chris ...
    encore un a découvrir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma pov Chris ! encore un ! la pal se rallonge ! ;)

      Supprimer
  3. il est bon ce Norek !!! je trouve qu'il dépeint très très bien ce 9.3 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, très interessant sa vision des choses ! ah ! c'est vrai que c'est dans ton coin ça ;)!

      Supprimer
  4. Depuis le temps que j'ai envie de découvrir cet auteur, il faudrait que je me remue ;) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais comme moi, tente le premier ! ;)

      Supprimer
  5. J'ai découvert dernièrement l'auteur dans l'émission La grande librairie sur France 5, il venait y présenter son troisième tome "Surtensions", et m'a fait très bonne impression ! Après, je ne suis pas sûre d'avoir envie de ressentir le malaise dont tu parles, ou de naviguer sur « une mer d’HLM et de cités livrées en pâture à quelques hordes de raquetteurs et de caïds » pour reprendre tes mots forts justes ! Je passe donc mon tour, malgré le souvenir positif que m'a laissé Olivier Norek ^_^ Très chouette billet en tout cas, merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un domaine et une ambiance assez spéciale, mais comme je le dis plus haut, j'étais surtout intéressée par sa manière d'appréhender une histoire ayant bien entendu un pied dedans ! j'ai été convaincu par son discours avec une écriture sans fioriture et beaucoup de justesse dans les sentiments. J'en lirai certainement d'autres espacés par de bonnes fantasy !

      Supprimer
  6. J'adore cet auteur, il est génial

    RépondreSupprimer

Merci pour vos commentaires ...