mercredi 9 novembre 2016

L'abbaye blanche - Laurent Malot

Présentation de l'éditeur ( Bragelonne)  Thriller


Amour, meurtres et conspiration : une recette de la manipulation.

À Nantua, dans le Jura, le lieutenant Gange élève seul sa fille de six ans. Gaëlle, sa femme, les a quittés sans donner de raison.

Quand deux meurtres se produisent la même semaine dans ce coin du Jura où il ne se passe « jamais rien », Gange est entraîné dans une enquête explosive. Il s’oriente peu à peu vers l’Abbaye blanche, une secte particulièrement dangereuse, en cheville avec des notables locaux. Entre trafic d’art, âmes perdues et intervenants haut placés dans l’appareil d’État, il démêle peu à peu les fils et prend la mesure de l’iceberg qui se dresse devant lui. Les enjeux le dépassent, mais sa femme est peut-être victime de l’Abbaye blanche...


Tout démarre par une enquête assez classique et étant habituée à lire des policiers, je dois dire que j’ai eu du mal à entrer dans cette histoire, je n’ai pas trouvé suffisamment d'originalité dans les faits pour motiver ma lecture de manière intensive. J’ai ressenti des déséquilibres dans l’enquête, avec une entrée en matière un peu longue, quelques scènes d’action au milieu et une expédition facile et rapide en quelques pages. Néanmoins, le livre se lit facilement et nous donne quelques sujets de réflexions modernes et d'actualités.


Le lieutenant Mathieu Gange se retrouve au coeur de l’histoire dans tous les sens du terme. D’abord, parce qu'il s'absorbe très vite dans l'enquête, il fait rapidement des recoupements entre des morts suspectes, et puis cette enquête le touche soudain de très près, car il soupçonne sa femme, dont il n’a plus de nouvelles, d'être complice de cette tuerie... Vite happé par des fausses pistes, il court dans tous les sens, on partage ces interrogations, ces doutes, mais malgré ça, je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages, ni à leur donner un visage. Bientôt, il est aidé par une journaliste, fouineuse et tenace, leur tandem improbable fini par s’avérer très efficace en donnant plus de "peps" à l’enquête. Je me souviens de l’épisode mémorable des chiens qui gardent une pièce … Mais je n’en dis pas plus, c'est un grand moment où l'action s'impose et génère un très bon suspens... on s'y croirait !


Bref, au delà de l'enquête traditionnelle, l'auteur semble appuyer ces réflexions sur des traffics en tout genre qui sévissent dans les hautes sphères de notre société et qui resteront sans doute impunis car les gros bonnets ont souvent le dernier mot, et savent disparaitre au bon moment. On voit le spectre d’un organe politique inébranlable, et ceux qui sont censés préserver nos valeurs se retrouvent parfois dans le mauvais camp nous donnant matière à réfléchir sur l’intégrité de certains dignitaires… ça fait peur et froid dans le dos ! 



Un livre qui se lit un peu comme un film,  je remercie Babelio et Les éditions Bragelonne pour m'avoir permis de découvrir ce premier roman très prometteur !

L'avis de Kalhan - E-Temporel


58- Le Marchand de Couleurs Retiré des Affaires : lire un livre dont le titre comporte le nom d'une couleur

6 commentaires:

  1. je crois avoir déjà entendu parlé de cet auteur mais ou ?

    RépondreSupprimer
  2. La couverture est attirante ! Par contre, je ne sais pas trop si l'histoire saurait me séduire... à voir ;-) Merci pour la découverte de ce titre ma Lili !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve que la couverture n'a rien à voir avec l'histoire...On pourrait penser à une histoire d'abbaye au Moyen age avec des cadavres dans les placards ... Ben pas du tout !

      Supprimer
  3. C'EST BIEN TENTANT, merci pour ton billet. Bon week-end. biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! il ne faut pas hésiter, tentée j'ai été...

      Supprimer

Merci de vos commentaires ...