mardi 13 mars 2012

L'Indésirable - Sarah Waters

Présentation de l'éditeur (10-18) - Frissons
Depuis la seconde Guerre mondiale, la demeure d'Hundreds Hall n'est plus que l'ombre d'elle-même : loin de sa splendeur passée, d'étranges événements se succèdent et distillent entre les murs un vent de terreur. Faraday, médecin de campagne, assiste la famille Ayres qui s'efforce de cacher la débâcle. A moins que le coeur du manoir ne soit rongé par un lugubre secret.

Avant la lecture : Il m'arrive très régulièrement de choisir un livre grâce aux commentaires persuasifs des copines de blog, et cette lecture en fait partie, elle est parmi de nombreux de coups de coeur. La couverture de la première édition chez Denoel en grand format était assez alléchante, par contre, celle du livre de poche, manque de raffinement par rapport à l'intrigue. Alors coup de coeur ou pas ?

Après la lecture : J'avoue que lorsque hier soir, j'ai refermé le livre sur cette histoire, j'ai eu du mal à m'endormir ressassant plusieurs questions. Il est des livres où l'on passe comme un simple voyageur, on est spectateur de l'histoire, il nous manque les informations d'une fin classique et nous pouvons envisager notre suite.... C'est une façon d'entretenir un certain flou, et c'est aussi le charme qui se dégage de ce livre, il marque profondément l'esprit.

L'histoire est terrifiante. Plantons le décor : Un vieux manoir perdu dans la campagne britannique dans un grand état de dégradation. Trois personnages principaux y vivent, La vieille veuve mère de famille qui pleure la perte de son aînée plusieurs décennies auparavant, Roderick, un fils qui semble souffrir de séquelles, après la guerre, et Caroline, une vieille fille au caractère fort. Cette famille désargentée de la gentry britannique vit de façon taciturne, dans une perpétuelle nostalgie. Le docteur Faraday va se retrouver mêlé à leurs histoires de famille, il va s'attacher à eux et à l'imposante maison qu'il avait découvert trente ans auparavant avec des yeux d'enfants. Cette maison qui semble receler un secret, d'étranges phénomènes vont bientôt s'y produire et dégrader peu à peu les esprits de leurs occupants...

Les scènes angoissantes sont parfaitement décrites, le style est fluide et fait monter la terreur en intensité, ces passages sont suivis de moments plus agréables qui détendent un peu l'atmosphère. Ce portrait de l'Angleterre des campagnes avec des éléments fantastiques nous rappelle que c'est le lieu idéal pour évoquer "les fantômes du passé".

Pour conclure, c'est un excellent livre d'ambiance et d'atmosphère que l'on dévore parce qu'on veut savoir comment ce pauvre docteur Faraday va s'en sortir, entre les fantômes du passé et son amour grandissant pour la fille de la famille... J'ai beaucoup pensé à un autre livre en lisant celui-ci, et qui m'avait plu fortement, il est dans cette même veine, il s'agit de "la séance" de John Harwood, que je recommande vivement pour les amateurs d'ambiance gothique, britannique, avec une goutte de fantastique...



2 commentaires:

  1. Tu me donnes envie de plonger à nouveau dans cette ambiance si particulière que sait créer Sarah Waters dans ses romans!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une de mes premières chroniques ! Une ambiance palpable dans ce livre, si c'est ce que tu recherches, tu peux y aller les yeux fermés !

      Supprimer

Merci de vos commentaires ...