lundi 9 avril 2018

En ce moment chez Lili ...# 16



Au programme : Un week-end à Paris : Théâtre, musée et salon du livre ...
Cliquez ci dessous pour en savoir plus ! 




PARIS....PARIS .....QUAND TU NOUS TIENS ......

Le temps n'était pas vraiment de la partie
 et pourtant une beauté particulière se dégage de ces lieux .....


 

Entrée en matière divertissante avec une pièce de théâtre exceptionnelle au théâtre du gymnase ... comédie burlesque avec effet spéciaux à couper le souffle ... je viens d'apprendre que la pièce est nominée pour les Molières 2018 ! Rien d'étonnant, courrez si elle passe près de chez vous !


Le Gros Diamant du Prince Ludwig c'est un film de cinéma reconstitué au Théâtre ! Un film qui vous embarque dans l'Amérique des années 50 avec des effets et des cascades dignes d'Hollywood. Vous sortirez la tête à l'envers !( presque sans jeux de mots !!!)

Onze comédiens survoltés, trente costumes et six décors impressionnants qui se déploient sous vos yeux, le tout sur une bande originale jouée en live !
Vous vivrez un voyage cinématographique et euphorisant ! Une parodie de théâtre de boulevard aux allures de cartoons !

Le Saviez-vous ?
Mêmes auteurs, adaptateurs, metteur en scène, scénographe et costumière que "Les faux british".
L'équipe des "Faux British», (spectacle déjà culte, Molière de la comédie 2016) récidive !
Cette fois-ci, pas d'enquête policière menée par de faux amateurs mais un braquage de banque mené par de vrais bras cassés.

Auteur : Henri Lewis, Jonathan Sayer, Henry Shields
Artistes : Jean-Baptiste Artigas, Jean-Philippe Bêche, Aurélie de Cazanove, Nikko Dogz, Pierre Dumur, Lionel Fernandez ( excellent, je le connais, il est top !), Jean-Marie Lecoq, Julien Pouletaud, Miren Pradier, Pascal Provost, Aidje Tafial
Metteur en scène : Gwen Aduh


Ah ! ex-parisienne, et je n'avais jamais pris le temps de m'attarder dans ce magnifique musée ! C'est chose faite ! Et pour l'occasion, ce sera le plaisir de voir l'exposition sur les armures de daimyo, armures de grands seigneurs japonais, MAGNIFIQUE !.



Le Daimyo, Histoire d'une institution au Japon

Le mot Daimyo désigne les grands gouverneurs provinciaux issus de la classe militaire. Ils sont indissociables du système de gouvernement territorial dominé par le shogun. Le 16e siècle marque leur âge d'or : ils sont presque indépendants du pouvoir central sur fond de combat permanents, le titre est concédé à 200 chefs de domaines qui reçoivent des revenus calculés en boisseaux de riz.
Au 17e, ils connaissent leur apogée et au 18e, l'élévation de la classe marchande et le développement des grandes villes les affaiblissent. Il leur est ensuite imposé de vivre à Edo, capitale shogunale, avec une rotation de service et en alternance avec un membre de leur famille le temps d'aller sur leur terre. Cette "prise d'otage" inhibe toute rébellion. Puis au 18e et 19e, des seigneurs plus éclairés assurent le développement économique de leurs provinces et prépare la grande modernisation du Japon, les anciens fiefs ( han) seront abolis à partir de l'ère Meiji (1871).




Les armures sont présentées assises, car c'est ainsi qu'elles étaient présentées dans la grande salle de réception chez l'habitant, sur un coffre. Elle incarnait la présence du maître du fief en son absence. 
Le luxe, la recherche de polychromie, la mesure des effets visuels concourent à asseoir l'autorité et la force de ses guerriers dans leurs châteaux. Et pour ne pas oublier leurs coutumes, de nos jours, les jeunes garçons exposent une petite armure dans leur maison, le 5 mai de chaque année.


Il existe plusieurs types de casques (Kabuto). Ils sont d'un seul tenant prolongés par un couvre-nuque, une visière et des ailettes latérales, souvent ornés d'un emblème héraldique. Au 15e siècle, les casques évoluent et sont articulés grâce à des lamelles. Au 16e siècle, c'est l'apparition des casques dits spectaculaires, ils permettent de repérer les généraux à l'arrière des troupes et de les protéger plus facilement. Les cimiers puisent alors leurs formes et leur inspirations dans les formes les plus diverses. c'est étonnant !







Les textiles jouent un rôle important dans le statut du daimyo. Le Jinbaori, manteau de dessus sans manche, protège l'armure et met en évidence l"emblème du seigneur. Le dos est fendu pour faciliter le mouvement. Au milieu en photo, l'hitataré, casaque souple qui se porte sous l'armure et dont les manches visibles indiquent le degré de prestige de celui qui le revêt.


Une série de prestigieux éventails ...







 Une visite libre au pays des livres.....


  



Toutes les maisons d'édition sont là ....



Des auteurs, des conférences ...
 ci dessous une rencontre d'auteur pour parler de l'utopie ? 
ou plus professionnel, comment choisir et créer une couverture de livres ?
Ou encore avec Mrs Villani et Lagercrantz, un exercice d'écriture comme une quête de la vérité !



Et bien sûr, le fameux panier de Paris ....

Et pour finir ! une visite incontournable chez Gibert Jeune 
et un petit café à St germain des près !
 Rappel lointain de mes études à la Sorbonne avant de repartir ...

  
Il est temps que je sorte ce billet car déjà se profile ...

le printemps du livre de Montaigu, le week-end prochain,
et très bientôt plusieurs chroniques dont celle de "Soeurs" 
de Bernard Minier, un excellent roman, un auteur 
que je vais pouvoir recroiser à Montaigu, 
tout comme Mr Norek ou Michel Bussi !
J'ai hâte d'y être !

Belle semaine à tous !

14 commentaires:

  1. Quelle belle expo, j’aurais adoré la découvrir ! Je retiens le nom de la pièce, si elle passe par ici. Et puis tu m’avais envoyé la photo de mon chouchou EES ;) que j’espère revoir bientôt. Merci pour le partage et belles lectures avec ce panier bien garni

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela aurait été, en plus, un grand plaisir de partager ce salon et cette expo avec toi ! Mais c'est partie remise pour l'année prochaine peut-être !

      Supprimer
  2. Comme toujours, au détour d'un passage dans ton salon, tu nous fais découvrir des pièces de théâtre, des expos, des livres ^^ De quoi envisager une sortie au cas où, cela se fasse dans le coin, ou même si l'envie nous prenait de mettre les pieds à Paris :)

    Dans les musées, j'aime beaucoup aller voir les costumes, sabres asiatiques. Au MET par exemple, il y a une très très belle collection qui m'avait fascinée. C'est très beau tout ça.

    Tu as bien profité de ton séjour parisien en tout cas :) Les livres restent de la partie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était un excellent long week-end ! J'ai passé aussi du temps avec ma fille et ma famille ! ça fait du bien, ça requinque ! et "Paris" est un souvenir agréable de ma jeunesse ! Je n'en ai sans doute pas assez profité à l'époque, je me rattrape quand j'y vais ! ;)

      Supprimer
  3. Tu vas toujours voir des spectacles qui me font super envie ^^
    Bon salon à Montaigu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma Zina ! On a beaucoup de goûts communs c'est pour ça ! ;)
      Je vais essayer d'être raisonnable à Montaigu ! c'est pas gagné !!! ;)

      Supprimer
  4. C'est encore une fois un salon culturel bien savoureux que tu nous présentes dans ce retour d'escapade parisienne ! De quoi se rassasier et nous remplir la tête de belles idées de sorties *_* Et avec une jolie récolte livresque pour couronner le tout, j'adore !!! Bises, et remerciements à profusion, ma Lili :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moi qui te remercie de passer si régulièrement par ici ! et d'alimenter mes commentaires et mon envie de continuer à vous raconter mes aventures livresques, les bonnes et les mauvaises ! Tiens ça me fait penser que j'ai des chroniques en retard et je crois bien que je vais faire un petit billet "genre rattrapage" que j'ai vu chez toi ! je cogite la dessus ! Bises ma Lupa

      Supprimer
  5. Sympa cette expo sur les samouraïs. Et dommage qu'on n'ait pas pu se croiser à Livre Paris. Une autre fois peut-être. Il y avait moins de monde quand tu y es allée que le vendredi/samedi. Bon salon de Montaigu, un jour j'aimerais y aller mais généralement je suis de retour en Tunisie donc c'est un week-end qui ne tombe pas au bon moment. Comme les Imaginales qui me tentent bien aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait quand je viens, je suis assez sollicité par la famille et les sorties, je veux en profiter un maximun ! Du coup, j'ai fait le salon le lundi en toute quiétude et avec peu de monde ! c'est appréciable, mais le revers de la médaille c'est qu'il n'y avait pas énormément d'auteurs !
      Ah ! les imaginales aussi me tentent et puis quai du polar ... on verra ça l'année prochaine maintenant ! mais ça passe tellement vite ! Tu reviens 1 seule fois en France pendant l'année ?

      Supprimer
    2. Non je rentre généralement mi-novembre -> mi-décembre, début mars -> début avril et juillet et août (en débordant sur de plus en plus sur juin et septembre :)) Du coup, Montaigu tombe au mauvais moment

      Supprimer
    3. On aura peut-être l'occasion de se voir hors salon ! ;)

      Supprimer

Merci pour vos commentaires ...