vendredi 15 mars 2019

Une sirène à Paris - Mathias Malzieu

Le mot de l'éditeur - (Albin Michel) - Histoires de vies
Juin 2016, la Seine est en crue et Gaspard Snow trouve sur les quais une sirène blessée qu'il ramène chez lui. Elle lui explique que tous les hommes qui entendent sa voix tombent amoureux d'elle et en meurent, mais, convaincu que son coeur est immunisé depuis sa rupture, Gaspard décide de la garder jusqu'au lendemain dans sa baignoire.


 

Il semble que chaque sortie de roman de notre Mystérieux "Malzieu" interpelle “les surprisiers“ de notre monde et beaucoup répondent à l’appel car les éloges ne cessent sur les écrits de ce monsieur, et beaucoup courent acheter ses nouvelles “frasques” littéraires ! 
J’avais pu apprécier la part de poésie dans la mécanique du coeur, je renouvelle ici mon sentiment. Ce qui est poétique et parfaitement maîtrisé chez cet auteur, c’est de prendre des événements singuliers, ici, la dernière crue de Paris, et de se l'approprier en y ajoutant une part de surréalisme et de fantastique. Il  pousse à l’extrême son imaginaire pour donner naissance à de nouvelles histoires originales et incroyables. De là, il en découle une création de mots et d'expressions qui sont tout aussi charmant que les décors dans lesquels évoluent les protagonistes de cette fable.

On y rencontre des personnages hors normes, avec en tête Lula la sirène, Rossy la gentille voisine, Johnny Cash le chat, le Docteur Milena, ... Bref, une galerie de personnes à la fois fantasques et très réelles, et qui me rappellent les personnages de “la forme de l’eau”, j’ai ressenti un peu cette ambiance à la fois joyeuse et mélancolique. Gaspard, le héros du livre va voir sa vie changer par la présence de cette sirène qui incarne la beauté et le rêve, un rêve jusqu’à alors inaccessible et qui va le sortir de sa léthargie amoureuse et de sa petite vie quotidienne jusque là bien insipide.

On ne peut aussi s’empêcher de penser au conte de la petite sirène d’Andersen. On y aborde comme dans ce livre, des sujets tels que la mort, l'amitié, le don de soi par Amour … L'auteur nous livre une version moderne de ce conte indémodable. On l'imagine d'ailleurs très bien dans la peau de Gaspard, et lors de l’émission très intéressante de "La Grande Librairie" du 6 mars, il a évoqué le fait d’être investi à part entière dans ce personnage musicien et artiste, énigmatique à l’allure nostalgique. On ne le verrait pas autrement d’ailleurs ! Ce rôle est une seconde peau.

Je dois dire que j’ai été un peu moins sensible à l’histoire et à la tournure de l'intrigue, qu’ à sa plume qui reste fraîche et inventive, cette histoire reste simple dans son message, mais déborde de fantaisie dans son déroulement, et ça fait du bien ! A découvrir. 
 

4 commentaires:

  1. je ne me serais pas attarder sur ce livre, mais tu en parles d'une tel façon que je vais peut etre reconsidérer mon avis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi qui aime beaucoup Paris, c'est une autre vision très poétique et délirante de la vie sur les quais de Seine ;)

      Supprimer
  2. Je n'ai goûté à l'univers de Malzieu qu'au travers de l'adaptation de La mécanique du coeur. Et j'avais beaucoup aimé.
    Je ne sais pas ce qu'il en serait de ma réceptivité côté lecture, si je me laisserais plus embarquer par le texte.

    Un jour je tenterai l'expérience Malzieu... Pas avec celui-ci, je ne suis pas sûre que ce soit le meilleur choix pour découvrir l'auteur. Ou je me trompe?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le choix je ne sais pas, je n'en ai pas lu assez. Je pense que si tu aimes son univers, tu peux t'y retrouver dans chacun de ses livres car il semble qu'il ne déroge pas à son atout qui est de nous faire vivre des histoires (souvent drame) dans des mondes réels qui frôlent l'étrangeté et déploie notre imaginaire.

      Supprimer

Merci pour vos commentaires ...